Le vendredi matin, j’ai 2h de suite la même classe de 5èmes. Après la première heure de travail, je les laisse faire une pause, le temps d’aller aux toilettes, de se dégourdir les jambes.

Après une petite minute de pause, un élève entre en trombe dans la classe et se dirige d’un pas décidé vers mon bureau :

« Madame, est-ce que je peux emprunter votre dictionnaire ?

– Oui, bien sûr ! »

L’élève prend le dictionnaire et commence à tourner les pages.

« Tu cherches un mot pour le cours ? lui demandé-je.

– Non, dans les toilettes M. disait ce mot et les autres riaient. Alors je voulais savoir ce que ça veut dire.

– Ah, c’est bien, tu as raison de ne pas rester dans l’ignorance. Je peux savoir quel est ce mot ?

– Partouze.

– Ah… »

Je le laisse chercher, sans rien dire. Et, au moment où il trouve le mot, il ferme bruyamment le dictionnaire, relève la tête et s’écrie : « Ah oui, quand même ! »

Je suis allée chercher les élèves et nous avons recommencé à  travailler. J’ai quand même glissé à M. que certains sujets de conversation étaient un peu délicats.

Ce qui est bien, avec les collégiens, c’est qu’on ne s’ennuie jamais !