Ce matin, en français, avec mes 4èmes, nous avons abordé la notion de point de vue lors de l’étude d’un extrait de roman. Je leur ai rappelé qu’il existe trois points de vue :

– le point de vue interne : le narrateur ne dit que ce que sait le personnage. C’est souvent d’ailleurs le personnage principal, c’est comme si on était dans sa tête.

– le point de vue externe : le narrateur en dit moins que n’en sait le personnage, c’est comme si c’était un témoin extérieur.

– le point de vue zéro : le narrateur en sait plus que le personnage, on peut le comparer à un dieu puisque il connaît tout le passé, le présent, l’avenir et les pensées de tous les personnages, ce qu’ils cachent, ce qu’ils imaginent, etc. On parle aussi de point de vue omniscient, de omnes et scio,  » Je sais tout ».

Un élève intervient alors :

« Ah, mais c’est super ça, de savoir toutes les pensées de tous les personnages !

– Oui, ça peut être intéressant dans certains types de récits.

– Mais, Madame, si on savait tout ce que pense tout le monde, les profs, les élèves…

– Tu penses que ça pourrait être intéressant de savoir ce que pensent certains élèves ou certains profs ? »

A ce moment-là, mon regard se pose sur N. qui mâchouille son crayon et qui a de l’encre plein la bouche.

« Heu… est-ce que tu as vraiment envie de savoir ce que pensent certains élèves ou ce qui se passe dans leur cerveau ?

– Ouais, non, vous avez raison, me dit l’élève en suivant mon regard. Je préfère pas savoir ce qui se passe dans le cerveau certaines personnes… »

Tout est une question de point de vue.