Quand nous étions enfant et que nous devions demander quelque chose à nos parents (à ma mère, pour moi), nous anticipions parfois sur une réponse négative : « Ah, je ne vais pas le lui demander, elle va dire non! »

Je me suis rendue compte que je suis devenue cette mère prévisible.

Vendredi, Bichette a demandé à son père si elle pouvait mettre ses nouvelles sandales à l’école. Il lui a conseillé de venir me voir pour me demander aussi et qu’on déciderait ensemble. Et là, Bichette lui répond : « Mais si je demande à maman, elle va dire non parce qu’il fait froid ! »

Le Conquérant est donc venu me voir pour me raconter leur petite discussion. Nous avons ri. Je me suis rendue compte que ma fille me connaissait bien, certainement parce que j’étais prévisible.

Quand elle est venue me voir pour me poser LA question, j’ai essayé de rester sérieuse.

« Maman ?

– Oui ma Bichette ?

– Maman… est-ce que je peux mettre mes sandales ? »

Et, là, je me suis rendue compte qu’une réponse négative ne serait pas satisfaisante.

« Pourquoi veux-tu mettre des sandales ?

– Pour les montrer à mes copines ! Tu sais, A. et J. ont des sandales, elles !

– Et tu n’as pas peur d’avoir froid ?

– Heu… mais… je peux mettre des chaussettes dans mes sandales ?

– D’accord. »

Je vais essayer d’être moins prévisible et davantage à l’écoute. Maintenant qu’elle comprends pourquoi je refuse, on peut négocier.

*

Ah, c’est pas facile d’être parent ! Et ce n’est pas facile de se prendre en pleine face ce qu’on reprochait soi-même à ses parents ! Je crois que je vais faire une liste. Voire deux ou trois : la liste de ce que je reprochais à ma mère, la liste des phrases qu’elle disait et qui m’énervaient, la liste des choses que je m’étais promise de ne jamais dire et pourtant…

Publicités