Bichette connaît presque le nom de ses doigts sur leur bout (des doigts). Elle a décidé que le petit dernier s’appelait « l’aurikiki ». Elle sait que l’annulaire porte l’anneau et que le cinquième doigt tire son nom de l’oreille : c’est le seul capable d’entrer dans le conduit auditif. « Beurk », me dit-elle en introduisant son index dans son nez (les enfants ne sont pas à un paradoxe près…

Mon petit doigt (l’auriculaire donc, si vous suivez) m’a dit qu’en 2020, les coton-tiges seront interdits. Enfin ! Ces petites tiges en plastique polluent énormément. A raison d’une par jour par paire d’oreilles… ce n’est pas terrible pour la planète. Si vous êtes déjà passé aux cotons-tiges en bois et coton ou au spray nettoyant, c’est déjà un pas. Mais savez-vous que vous pouvez réduire durablement vos déchets (sans pour autant vous salir le petit doigt) ?

Je n’ai pas utilisé de coton-tige depuis au moins 20 ans. Le médecin me l’a interdit car cela poussait le cérumen dans le conduit auditif, créant des bouchons. J’en étais donc réduite à utiliser un spray auditif de temps en temps, le pommeau de douche avec de l’eau tiède et un tissu doux (coton) pour essuyer l’entrée de l’oreille. Alors quand, dans le cadre du Géfi Green Blog, Ecoterre m’a proposé de tester l’oriculi, j’ai immédiatement accepté !

L’oriculi, mais qu’est-ce que c’est? C’est un petit bâtonnet en bambou, originaire d’Asie, d’environ 10 cm, avec une extrémité plate qui ressemble à une petite spatule, pour attraper le cérumen qui se trouve à l’entrée de l’oreille. Il a une petite boule de couleur qui peut permettre de différencier les oriculis des différents membres de la famille. On peut aussi utiliser le même pour tout le monde, car cela se nettoie facilement. Je l’ai rapidement adopté. Bichette refuse d’essayer (elle préfère utiliser un coton-tige avec un bout spécial bébé une fois par semaine, sinon j’essuie le pavillon de son oreille avec une serviette fine), le Conquérant reste accro à ses coton-tige (le zéro déchet ce n’est donc pas pour tout de suite, même si j’ai bon espoir de le faire changer d’avis !) et je l’utilise pour nettoyer l’entrée des oreilles de mon petit poisson.

En plus, contrairement au coton-tige qui repousse le cérumen dans le conduit, créant ainsi des bouchons, l’oriculi ne nettoie que le nécessaire. Car, comme le rappelle Lamazuna, « Le cérumen est un atout puisqu’il protège le tympan, donc autant le conserver tant qu’il n’est pas inesthétique. » Avec l’oriculi, on repousse les otites !

L’oriculi est un faible investissement : quelques euros (4,50 € celui-ci) pour un objet réutilisable à vie ! Quand je dis qu’être écolo permet de faire des économies !

Merci Ecoterre pour ce test. J’espère vous avoir convaincus de vous séparer de vos cotons-tiges pour une transition vers le zéro déchet.

Et comme chaque lundi, retrouvez-moi mon compte instagram et sur ma page facebook (cliquez sur les liens), pour découvrir le défi de la semaine (parce qu’un défi par semaine permet de mettre en place de bonnes habitudes). Bon lundi !

 

Produit offert.

 

Publicités