Etre prof·Perles du travail·Scènes de la vie quotidienne

Et leur lire des histoires… 

Vendredi, 15h30. C’est la dernière heure de la journée, mais aussi la dernière de la semaine.  Il fait chaud, l’air est lourd. Les élèves sont énervés, je suis épuisée.

Nous entrons en classe, je fais l’appel, note les absents. Je demande un peu de calme, j’attends le silence pour commencer à travailler. J’essaie de lancer la séance, je m’interromps, demande aux élèves de se taire… leur envie de travailler est proche du néant,  à l’inverse de celle de s’amuser. Je redemande le calme, je hausse le ton… Je sais que ça ne mènera nulle part. Que je vais finir par leur hurler dessus, les menacer, les punir, m’énerver et m’épuiser. Pour rien.

Alors je me tais, je ferme mon classeur et je me dirige vers l’armoire. Ils commencent à parler moins fort et m’observent. Je prends une pile de livres, en distribue un pour deux, sans rien dire. J’écris au tableau la page à laquelle ouvrir le livre, je m’assois et attends le silence. Les élèves, surpris, se taisent peu à peu… Je commence à lire. Le silence se fait. Ils m’écoutent religieusement.

Je lis. Pas trop fort, en mettant le ton, en exagérant parfois. J’ai toute leur attention.

Les minutes passent, on entend les élèves s’agiter dans les autres classes, les profs parler, plus ou moins fort, s’énerver parfois. Je lis.

La sonnerie qui annonce la fin de la journée retentit. Certains prennent leurs affaires plus vite que la lumière et attendent mon signal pour sortir tout aussi rapidement. D’autres râlent, c’est déjà l’heure, c’est passé trop vite, on veut savoir la suite. Je leur prête les livres en notant leurs noms.

J’ai soif, hâte d’aller chercher ma fille à l’école, je les presse un peu. Ils me remercient.

C’était une heure de cours un peu particulière. Nous n’avons pas avancé dans la leçon. Mais ils ont écouté la lecture d’un texte classique que nous étudierons bientôt. Ils sont rentrés chez eux avec des images, des mots, des sons en tête.

Lire en classe n’est pas ce qu’on attend de nous, professeurs du secondaire. Juste un texte avant de l’étudier, pas une histoire entière. Pas pendant une heure de cours. Mais c’était bien, cette heure de pause dans une semaine bien chargée. Je pense qu’eux et moi garderons cette expérience en mémoire.

Je les revois aujourd’hui. Peut-être m’en parleront-ils…

Publicités

8 réflexions au sujet de « Et leur lire des histoires…  »

  1. Des enfants qui n’attendent que le coup d’envoi du week-end… un peu de fatigue, d’excitation… ton intuition fut la bonne, et c’est aussi cela composer avec une classe : s’adapter, improviser face aux paramètres de l’instant 😀
    Douce semaine

  2. Hello de retour après une grosse pause d’internet cet été…

    Oui, un super réflexe, une excellente intuition…, j’attends la suite avec une grande hâte…..

    Douces pensées, Cricri

  3. Tu as déplacé en classe, ce qu’on fait à la maison avec nos enfants quand ils sont énervés, fatigués…. belle idée qui a fait retomber la pression. De toute manière, tu ne serais, comme tu le dis arrivée à rien leur faire faire, et de ça il en restera toujours quelque chose et même surement beaucoup, bises

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s