De polémique en polémique, d’indignation en indignation

Après la polémique sur les inondations et la loi travail (pourquoi l’un est le titre phare du journal et pourquoi on relaie l’autre sujet en deuxième place, pourquoi on ne parle plus de l’un au profit de l’autre), après la place de l’attentat d’Orlando dans les médias (est-ce qu’on en a assez parlé, est-ce qu’on a trop parlé d’autre chose, comme de l’Euro, est-ce qu’on n’aurait pas dû interroger la sœur du plombier du cousin du tueur?), voici la polémique de la minute de silence.

La France (les journaux), ce matin, est choquée parce que l’UEFA a décidé de ne pas faire de minute de silence. L’UEFA se justifie avec ces arguments : de tels hommages sont habituellement rendus par l’UEFA pour les victimes « d’événements tragiques de grande ampleur qui sont soit liés au football directement, soit à l’une des équipes participantes ou au pays organisateur » ou lors « d’événements tragiques de grande ampleur ayant conduit à la mort de milliers de personnes, comme des catastrophes naturelles ». « Il y a malheureusement des événements tragiques qui se déroulent presque quotidiennement partout dans le monde, et il serait tout simplement irréaliste de rendre hommage à toutes les victimes». L’UEFA, bien sûr, condamne « toute sorte de violence » et exprime sa « profonde sympathie aux victimes ». (Direct matin)

Je comprends ces arguments. Quand il y a eu les attentats en France, ce sont les grandes capitales, qui se sont mises aux couleurs de la France, ce sont les hommes et femmes politiques, qui ont conduit ces minutes de silence. Quand il y a eu les attentats en Belgique, ce sont les grandes capitales, qui se sont mises aux couleurs de la Belgique, ce sont les hommes et femmes politiques, qui ont conduit ces minutes de silence. Pas le monde du sport. Est-ce son rôle? Est-ce au monde du sport, de faire des minutes de silence? N’est-ce pas plutôt le rôle de nos représentants politiques?

Lors de la conférence de presse à Bordeaux, avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, son maire, Alain Juppé, a expliqué : «C’est un décision prise collectivement par les dix maires des dix villes organisatrices. Nous avons décidé ce soir, sur les fan-zones dont nous avons la responsabilité, d’observer une minute de silence en mémoire de ces morts, en sympathie aussi avec les très nombreux blessés ». Décision politique.

L’UEFA souligne qu’il y a des attentats un peu partout et qu’il serait difficile de rendre hommage à toutes les victimes. Je suis d’accord. D’autant plus que je trouve ces minutes de silence d’une totale hypocrisie.

Je suis prof et à chaque attentat, en France, en Belgique, j’ai fait la minute de silence avec mes élèves. Après un discours du chef d’établissement, rappelant les valeurs républicaines et humanistes, nous avons pris du temps pour nous recueillir. Des moments émouvants et difficiles. Et toujours les mêmes questions des élèves : « Mais, madame, la semaine dernière, il y a eu deux attentats en Afrique, pourquoi on n’a pas fait de minute de silence? » Excellente question. Merci de l’avoir posée. Qu’est-ce qui justifie qu’on se recueille pour les Belges et pas pour les Tunisiens? Pour la France et pas pour le Nigeria? Je vis et enseigne dans une ville où une grande partie de la population est d’origine turque. Mes collégiens sont fiers d’être français d’origine turque. Ils supportent l’équipe nationale du pays de leurs parents ou grand-parents, ils portent fièrement le maillot du Galatasaray. Alors quand nous avons fait la minute de silence pour les attentats du 13 novembre en France, ils ont exprimé leur envie de faire cette minute de silence pour le pays qui a vu naître une partie de leur famille. Bien sûr, je leur ai dit qu’ils pouvaient se recueillir pour toutes les victimes d’attentats, qu’ils pouvaient même (et peut-être surtout), le faire d’eux-mêmes, pas uniquement parce qu’on le leur demande. 

Je suis un peu lasse des polémiques. On s’indigne pour certaines choses, mais elles sont souvent un arbre qui cache une forêt. Pourquoi s’indigner du fait que le monde du sport ne fasse pas de minute de silence (alors que le monde politique propose de se recueillir) et pourquoi ne pas s’indigner du fait qu’on ne fasse des minutes de silence que pour des pays occidentaux?

Nous allons faire une minute de silence pour les deux policiers tués en région parisienne. Mais qui pense aux victimes de Tel-Aviv (ce n’est qu’un exemple)?

C’est bien beau, d’illuminer les monuments aux couleurs de la France, de la Belgique, du drapeau gay. Mais… et les autres? Et tous les autres? Je ne suis pas contre ces minutes de recueillement organisées par le pouvoir politique mais je les trouve hypocrites. Le jour où nous penseront réellement qu’une victime est une victime, peu importe son origine, peu importe la raison de sa mort (parce qu’elle est gay, policier, juive, musulmane, chrétienne, militaire, libre, etc.), que nous saurons nous recueillir pour tous les humains qui souffrent de la haine d’autres humains, je changerai peut-être d’avis.

*

Ce matin, une autre polémique voit le jour. On s’indigne parce que quelques casseurs s’en sont pris aux vitres de l’hôpital Neker à Paris. Mais on ne s’indigne pas pour les coupes budgétaires le reste de l’année.

Alors je me pose une question, est-ce qu’on doit faire un choix dans les indignations? Ou est-ce qu’on peut s’indigner pour les dégradations ET pour les coupes budgétaires? Est-ce qu’on peut s’indigner du manque de minutes de recueillement ET de notre monde qui part en vrille?

Publicités

21 commentaires

  1. Une très très grande polémique , merci de ce partage!!!!!!!!!!!!!

    Je n’ai pas de réponse et j’en ai surtout marre de la violence qui s’est installée de partout, à tous niveaux et qui pourrit la Vie partout !!!!!!!

    Ce n’est pas le monde que je désirais pour moi ni pour les générations à venir….

    Haut les Coeurs , courage….!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. je suis tout à fait d’accord… à force de faire des minutes de silence, ça perd de sa valeur !! la première que j’ai faite à l’école, c’était pour le 11 septembre 2001… ensuite quand j’étais pompier, c’était pour le 11 Novembre, ou la Sainte Barbe (qui est la patronne des pompiers et que nous célébrons en décembre en rendant hommage à nos morts au feu) mais là, bien que je ne dise pas que les cas sont moins graves, je trouve que c’est banaliser un moment symbolique, c’est désacraliser la méditation et le respect qu’engendre normalement cette minute de silence… et en plus, ce n’est pas toujours bien expliqué aux enfants, qui du coup, lui font perdre le peu de valeur que le gouvernement veut y mettre.. je sais pas si je suis très claire ?!!

    1. Si, tu es claire.
      S’il n’y avait que moi, on ferait des minutes de silence pour tous les attentats. On en ferait souvent. Et de plus en plus. Donc soit on se recueille pour tous, soit on trouve un autre moyen de se recueillir.

  3. Très hypocrite en effet et tellement « ciblées » ces minutes de silence. Quant aux polémiques je fatigue, je sature, les messages « bienveillants » qui pullulent c’est tellement facile de s’indigner sur un mur (je parle là des réseaux sociaux) , ou d’être un « porte parole » de sortie d’école ou d’apéro dinatoire et de ne rien faire pour améliorer le quotidien des gens dans le besoin, si proches, juste là, dans la rue d’à côté ou l’immeuble en face, en donnant son sang, une pièce, en aidant financièrement ou humainement une association et en tapant sans arrête sur les gens qui nous gouvernent, quel que soit leur parti. Pardon je m’emballe mais oui je sature.

    1. Tu n’as pas à t’excuser. Je comprends très bien. S’indigner ne suffit pas, il faut aussi et surtout agir!

  4. Tes réflexions sont toujours justes, je hais les polémiques , ça ne fait pas avancer au contraire et ça masque la réalité et cette réalité ce sont des gens fauchés dans leur vie et des familles en deuil, et c’est tout, bises

    1. Les polémiques me fatiguent. Elles mettent l’accent sur certains sujets et en masquent d’autres.
      Bises.

  5. pas mieux! toutes ces polémiques me gavent… elles permettent simplement à certains de faire parler de chose plutôt que d’autre…
    Tes élèves sont plein de bon sens!

    1. Les enfants sont bien souvent pleins de bon sens. On doit le perdre en vieillissant…
      Je me demande toujours à qui profite une polémique…

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s