Par-delà les nuages…

Chère grand-mère,

ça fait longtemps que j’ai envie de parler de toi sur ce blog. J’ai eu envie de te citer dans plusieurs billets. Mais je ne l’ai pas fait. Tu mérites bien plus qu’une mention marginale. Tu as droit à un vrai billet, rien que pour toi.

Tu es la mère de ma Mamie, la gand-mère de ma Maman. Tu es mon arrière-grand-mère. Mais tu étais bien plus que ça.

Grand-mère, tu étais le pilier de notre famille. La matriarche. Celle autour de qui nous nous réunissions avec plaisir.

Toi qui es née au début du XXème siècle, qui as vécu deux guerres, tu as toujours incarné la paix et l’amour. Tu étais une oreille attentive et une fine conseillère. Jamais dans le jugement, toujours dans l’écoute. Conseillère conjugale, d’éducation, en jardinage… Tu était celle que tout le monde allait voir pour bavarder, autour d’un café et quelques gâteaux, que tu rangeais dans cette boite, dans cette armoire, dans ton salon.

Tu avais tes petites habitudes. Et nous aimions ces rendez-vous. Nous les attendions même avec impatience. Le dimanche, soit nous te téléphonions après la messe (c’était sacré, ne pas te déranger à ce moment-là) soit nous te rendions visite. Une bonne bouteille, un beefsteak avec des petites patates sautées, une salade. Des gâteaux que nous sortions religieusement de l’armoire. Ceux à la confiture… Et puis la petite eau de vie (les pruneaux à l’eau de vie, dans ce bocal). L’après-midi, une sieste puis Questions pour un champion.

Tu étais notre matriarche, notre repère. Notre repaire, aussi. Tu es mon modèle.

Tu n’étais pas allée longtemps à l’école, tu écrivais peu et avec de nombreuses fautes. Mais tu pensais à envoyer des cartes à nos anniversaires. Même avec une écriture incertaine, même avec une orthographe approximative, tu te faisais un plaisir de choisir et d’envoyer une jolie carte à chaque membre de ta famille. J’ai gardé quelques unes de ces cartes. Elles sont mes trésors. C’est peut-être de toi que je tiens mon amour pour les belles cartes.

Tu ne le savais pas, mais tu étais féministe. Tu ne connaissais même pas ce mot. Et je crois que tu te fichais des étiquettes. Mais tu étais cette femme qui a fait des « travaux d’homme » comme tu le disais, pour nourrir sa famille, qui a bravé les interdits pendant la guerre, qui s’en est toujours sortie. Tu es cette femme forte que j’ai toujours admirée. Que ma mère a admirée avant moi. Tu es la première féministe de la famille, tu nous as montré la voie.

Tu es aussi celle qui a mis sur mon chemin l’homme que j’aime et avec qui j’ai une merveilleuse petite fille. Tu étais déjà au-delà des nuages, mais tu veillais encore sur moi.

*

Tu nous as quittés le vendredi saint. Pour une croyante, c’est un sacré clin d’oeil. Tu as été enterrée le mardi 1er avril. Pour une femme qui aimait rire et s’amuser, c’est aussi un sacré clin d’oeil!

Je ne suis pas chrétienne et pourtant, j’aime croire que tu es là-haut, près de nous, que tu nos observes et nous guides, que tu nous aimes et nous entoure de toute ta bienveillance.

Je t’aime Grand-mère. Tu me manques chaque jour. Mais tu es là, dans mon coeur.

Par-delà les nuages projet écrit Agoaye

Ce billet fait partie du projet « Un défi ou un écrit » d’Agoaye pour la sixième semaine. Pour la partie un écrit : « Aussi loin que les nuages ».

Publicités

18 commentaires

  1. de grand-mère j’ai hérité beaucoup de choses que je lis sur cette page, j’ai l’impression que je suis une partie d’elle et surtout depuis ma sortie de corps avant l’intervention chirurgicale concernant mon ex-cancer.
    Arnaud m’a dit que je ressemblais beaucoup à notre grand-mère, dans beaucoup de mes attitudes .
    Est-ce le modèle d’amour qu’elle m’a transmis?
    Certainement, c’est mon opinion..
    gros bisous et merci pour ce bel hommage
    Mamoune

    1. Oui, je trouve aussi que tu lui ressembles beaucoup.
      Elle t’a beaucoup transmis, sans doute parce que tu l’as écoutée et tu as suivi ses conseils, aussi parce que tu l’aimais sincèrement et inconditionnellement. Elle était mon premier modèle, tu es le second!
      Gros bisous.

  2. Je retrouve un peu de ma Mamoue (maman de mon papa) dans ton arrière grand mère. Sauf qu’elle ce n’était pas Question pour un champion mais… Les feux de l’amour ^^ ! Et j’avoue regarder encore chaque midi… a 31 ans… Je pense a elle a chaque fois que ça commence. Je ne connaissais pas ce défi d’Agoaye… je vais jeter un oeil a son blog ! 🙂

  3. Je me retrouve dans ton récit. J’ai donné le prénom de mon arrière-grand-mère à ma fille qui s’appelle Domithilde..
    Mais c’est ma grand-mère, sa fille, qui m’a donné tous mes repères et mes passions.
    Elle s’appelait Marie et c’est la seule pour qui je vais au cimetière et ce tous les 15 août.
    Il ne se passe pas une journée sans que je n’ai une pensée pour elle. Et quand je vois une photo des 4 générations féminines, je me dis qu’on provient toutes du même moule.
    Passe un bon week-end !

    1. C’est très beau ce que tu écris. Oui, je ressens ça aussi, on provient toutes du même moule… J’ai hérité de son prénom (en 3ème prénom). Et ça me plaît.
      Belle semaine.

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s