Coup de gueule·Je ne m'énerve pas j'explique·Personnellement moi-même je pense que je...

De la réforme orthographique au malaise de notre société

Je m’étais promis de ne pas écrire sur cette réforme. Ni ici, ni ailleurs. De ne pas donner moi aussi, un avis partial et dont tout le monde se fiche certainement. Et puis, j’ai lu ce tweet :

@MaiteaMichel

Chère Madame,

après avoir eu envie de vomir mon mépris sur twitter, après avoir eu envie de vous rappeler que lorsqu’on critique une réforme orthographique, on essaie de le faire sans faute (« je N’ai pas faiT »), je me suis abstenue et je suis allée me coucher. Mais ce tweet m’est resté en tête. Pas seulement pour les mots que vous utilisez que pour ce qu’il révèle.

D’abord, les « autistres illettrés » dont vous parlez sont des hommes et des femmes qui ont « fait » bien plus que 16 années d’école. Le Conseil supérieur de la langue française ne vous dit certainement rien. Les membres de l’Académie française ont étudié ces « rectifications » (terme plus approprié que celui de « réforme ») et les ont approuvées. Madame, qui êtes-vous, avec vous 16 années d’école (soit vos 18 ou 19 ans), pour juger et critiquer le travail d’hommes et de femmes qui vouent leur vie à la langue française? Votre tweet est très révélateur : aujourd’hui, dans notre société, tout un chacun se permet de juger. Sans savoir, sans avoir lu cette « réforme ». Tout le monde se permet de remettre en cause le travail de personnes dont c’est le métier. Ils n’ont pas « pondu » cette réforme un lundi matin après un weekend (oui, j’écris déjà ce mot sans tiret depuis des années, c’est plus logique, ça vient de l’anglais) trop arrosé. Ils ont juste rétabli certaines orthographes pour plus de cohérence (comme le nénufar et l’ognon qui s’écrivaient ainsi au XIXème siècle et qui, par erreur, ont changé d’orthographe). Ce n’est pas la première fois qu’on rectifie l’orthographe, ça a déjà été fait dans les éditions du Dictionnaire de 1740, 1835, 1878 et 1935. Notre société va mal, on ne fait plus confiance aux professionnels, on se permet de tout remettre en question. Même si on ne sait pas écrire correctement!

Ensuite, le mépris que vous affichez pour les autistes m’a choqué. Connaissez-vous des autistes? Sans doute que non. Sinon vous sauriez que ce que vous avez écrit est insultant. J’ai travaillé avec des élèves autistes. Alors bien sûr, c’est très particulier, on n’a pas l’habitude et on doit s’adapter, changer notre façon de faire. Mais les élèves autistes ne sont pas moins intelligents. D’ailleurs, certains le sont bien plus que vous et moi. Encore une fois, votre tweet révèle ce manque de considération de l’autre, ce manque d’acceptation des différences et d’intérêt pour celui qui ne nous ressemble pas. Cet individualisme et cette peur des différences, des handicaps.

Enfin, votre tweet et tous ceux qui fustigent cette « réforme » (bien que je préfère le terme « rectification ») révèlent un profond malaise dans notre société. Les tweets, les statuts facebook, les billets de blogs, les articles de journaux ont inondé la toile. Chacun y allait de son avis, sans avoir lu ou alors partiellement, le texte en question. Tout le monde y allait de son indignation, de son point de vue, de sa vision des choses. Ce fut d’ailleurs LE sujet de la journée. Voire même des jours suivants. Il n’y avait visiblement pas plus important. La déchéance de nationalité, qui devait être examinée le lendemain est presque passée inaperçue. C’est quand même notre constitution qui doit être modifiée, réformée. Mais cette réforme est visiblement moins importante… Ce sujet qui a inondé les réseaux sociaux est l’arbre qui cache la forêt. Le tintamarre qui a résulté de ce texte (qui a quand même 26 ans) est très révélateur de ce qui se passe dans notre société : on se passionne pour des sujets en occultant ceux qui sont réellement importants. Si autant de personnes s’étaient révoltées contre la réforme du collège, peut-être qu’on n’aurait pas perdu les classes bilingues, les européennes et l’enseignement du latin… peut-être que si le texte de la réforme avait été aussi lu et critiqué que celui de l’orthographe, on aurait pu réfléchir à une meilleure réforme… Peut-être que l’école est moins importante qu’un oignon ou un nénuphar… Le sens des priorités…

Florence Dellerie - Illustration

Notre société va mal. Elle se passionne pour un accent circonflexe qui devient facultatif. Mais elle oublie que la maîtresse (tout comme le maître) a perdu bien plus qu’un accent. La maîtresse, elle a perdu le respect, l’autorité et son pouvoir d’achat. La maîtresse, elle est critiquée par les parents, devant leurs enfants, et sur internet. Chaque jour, je lis sur facebook une ou des critiques des professeurs. La maîtresse a dit ou fait ça, vous trouvez ça normal? La maîtresse fait grève, c’est une grosse feignasse. Qui va garder nos enfants? La maîtresse ceci, la maîtresse cela… Et si la maîtresse faisait pareil avec les parents? Et si elle étalait sur internet ce qu’elle pense des parents? Et si elle disait aux gamins ce qu’elle pense de leurs parents? Et si elle remettait en question leur autorité? C’est ce que font pourtant les parents.

La maîtresse, elle a perdu beaucoup plus qu’un accent. Son pouvoir d’achat est en chute libre. Son salaire est gelé, comme celui de tous les employés de la fonction publique. Alors que chaque année elle doit augmenter le salaire de sa nourrice, les frais de cantine pour ses enfants, le tarif de son coiffeur. Mais elle, elle n’est pas augmentée. Et elle ne doit pas se plaindre parce que c’est indécent. Elle est privilégiée, la maîtresse, vous comprenez… Et pendant qu’on se passionne pour un accent (circonflexe, en oubliant que d’autres, les trémas, vont se développer), des enseignants se suicident (je pense au jeune stagiaire de 27 ans qui a mis fin à ses jours récemment).

Cette réforme de l’orthographe et tout le tapage qui a été fait autour d’elle montre le malaise profond de notre société. On se préoccupe davantage d’un accent qui devient facultatif que de ses membres. On se permet de critiquer, de juger, de donner son avis sur tout, sans connaître, sans savoir.

Notre société va mal, il faudrait juste qu’on ouvre les yeux…

Publicités

8 réflexions au sujet de « De la réforme orthographique au malaise de notre société »

  1. Bonjour! comme toi, j’ai été profondément choquée que cette réforme fasse plus de bruit que le suicide de ce jeune stagiaire…(et pour être honnête, elle ne m’affecte pas plus que ça). Mais je me dis qu’elle tombe aussi à point nommé: l’arbre qui cache la forêt (avec l’accent 😉 ) ne semble-t-il pas arranger notre ministère quand le malaise des enseignants se fait de plus en plus prégnant?

    1. De rien. Ca fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à le penser!
      (Et pas la peine de m’appeler Dieu, hein. Kiara suffit! 😉 )

  2. Je lis ce billet suite à ton commentaire à mon billet. Ben… on va dire qu’on est raccord. 🙂 Tout ceci me révulse… pourtant j’ai râlé aussi… une paire d’heures… pour ce fichu accent… puis j’ai tenté de réfléchir… au moins un peu…
    Ce tweet est honteux. irrespectueux. Infâme. Et il en dit bien trop long sur notre société.
    Quant aux enseignants, à leur travail, leur vie… tu en parles bien mieux que moi. 🙂

    1. J’ai râlé aussi au début. Et puis j’ai cherché le texte en question, qui l’avait écrit (et ces pauvres académiciens à qui on s’en prend) et pourquoi. Il y a de bonnes choses dans cette réforme finalement. Même si l’accent circonflexe devient parfois facultatif, ça nous empêche pas de continuer à le mettre. Si des mots retrouvent leur graphie originelle, c’est plus logique…
      Je trouve qu’il y a des sujets bien plus graves et que c’est l’arbre qui cache la forêt. J’avais aussi parlé des migrants et de ces enfants qui meurent pour fuir la guerre, des attentats en Afrique dont on parle si peu… Mais mon article était trop long et j’en avais assez dit, je trouvais que j’allais un peu loin. Tu l’as très bien fait. Nos billets sont complémentaires.

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s