Un défi ou un écrit

Se pardonner à soi-même pour avancer

« Il faut se pardonner beaucoup à soi-même pour s’habituer à pardonner beaucoup à autrui. »

Anatole France

J’avais plutôt tendance à faire le contraire. Pardonner aux autres et m’oublier. Mais le défi d’Agoaye, en cette quatrième semaine, m’a paru évident : remplir une fiche de pardon et entamer le dialogue avec quelqu’un qui nous a blessé dans le passé. Charité bien ordonnée commence par soi-même : j’ai donc décidé de pardonner ses erreurs à la personne que j’étais et qui m’a blessée.

Savoir pardonner Agoaye Semaine 4

Agoaye nous a proposé une liste de questions pour nous aider dans notre défi. J’ai essayé d’y répondre, voici mes réponses :

Pour quelles raisons suis-je en colère ?

Après le fameux « tsunami », j’ai été en colère. Contre le Conquérant, mais aussi contre moi. Comment pouvais-je répéter les mêmes erreurs ? Sans cesse ? Comment en étions-nous arrivé là ? Pourquoi ? 

Comment faire pour ne plus souffrir de cette situation ?

Nous avons décidé de ne plus nous voiler la face. De nous dire la vérité. Toute la vérité. Plus de non-dits, plus de secrets, plus de mensonges. Nous avons vidé notre sac.

Nous avons décidé d’être honnêtes, l’un envers l’autre mais aussi et surtout, envers nous-mêmes.

Quels seraient mes mots si j’expliquais ma colère à la personne qui me l’a provoquée ?

Nous avons beaucoup pleuré, beaucoup parlé. Chaque jour nous avançons, ensemble, mais surtout, seuls. Nous discutons calmement, nous écoutons l’autre. Et nous nous écoutons nous-mêmes.

J’étais en colère contre moi-même. Alors je me suis demandé ce qui clochait chez moi, ce qui n’allait pas. Et je me suis rendue compte que trop de choses étaient enfouies, qu’il fallait évacuer tout ça, que je portais un lourd fardeau sur mes épaules depuis trop longtemps.

Je ne suis pas coupable parce que…

Parce que certaines choses me dépassent. Elles sont liées à mon enfance, à ma relation avec mes parents, à mon adolescence, à ma relation aux hommes, etc.

Je ne suis pas coupable parce que je ne savais pas tout ça. Parce que je n’avais pas encore compris tout cela. Parce qu’il faut parfois être confronté à nos limites pour en prendre conscience. Parce qu’il faut parfois un tsunami, qui balaie tout sur son passage, pour voir l’essentiel.

Je comprends la personne qui m’a blessée parce que…

Parce que celle que la Kiara du passé n’était pas « complète ». Elle traînait ses casseroles et n’avait pas conscience de certaines choses. Elle n’avait pas confiance en elle alors que ce manque de confiance en soi était LA clé.

Parce qu’elle savait pardonner aux autres, mais pas se pardonner à soi-même.

Depuis le fameux « tsunami », j’ai fait du chemin. Mais la route est encore longue. Je me suis engagée dans la voie, pour aller mieux, mais j’ai encore du chemin à parcourir…

*

Pardonner, c’est dur. Il faut être patient, prendre son temps et avoir du courage. Il faut admettre qu’il y a un problème, en prendre conscience et entamer un travail pour pardonner et avancer.

Savoir se pardonner est difficile mais nécessaire. Se pardonner à soi-même c’est la base, pour arriver à avoir confiance en soi puis à faire la paix avec soi-même.

Je me suis pardonné, je travaille mon rapport à moi-même pour pouvoir faire la paix avec mon passé, avec moi-même et pour être enfin moi-même.

*

Un défi ou un écrit une année de bienveillance avec Agoaye Bannière

C’était le dernier défi d‘Agoaye pour le mois de janvier, celui qui clôt le mois à thème « renouer avec son passé ».

Publicités

16 réflexions au sujet de « Se pardonner à soi-même pour avancer »

  1. Je vous lis depuis pas mal de temps, en silence. Aujourd’hui j’ai envie de vous faire un petit signe, juste pour vous dire que vos mots me touchent.
    J’espère que votre quête vous apportera l’apaisement et vous permettra de vous (re)trouver.

  2. mais c’est salutaire ce que tu viens de faire ! déjà tu en as conscience et puis le coucher à l’écrit c’est trop bon aussi ! tu en es au bout du chemin à mon avis 😉

  3. courage ma belle. Cj’en ai les larmes aux yeux de te lire, et je me rends compte que finalement contrairement à ce qu’on pense, nous en sommes pas seul(e)s. Ton texte me parle beaucoup car j’ai aussi pas mal de casseroles et que j’ai du mal à me pardonner des choses dont je ne suis même pas coupable…
    j’espère que tout va s’arranger pour vous.

  4. très bel article ! ces défis te réussissent bien et j’imagine le bien que ça te fait de les écrire… il est clair qu’il faut avant tout être en accord avec soi-même… bon courage pour suivre ton chemin, tu vas y arriver ! gros bisous

    1. Oui, ce n’était que le premier pas. J’accepte aussi mes défauts, mes erreurs. J’accepte donc ceux et celles des autres. Et ça fait un bien fou!

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s