Ce weekend, j’ai vécu un véritable tsunami qui a tout ravagé sur son passage. Il a balayé ma vie, englouti mes projets… Il laisse des ruines derrière lui et je dois nettoyer, ranger, remettre ma vie en ordre pour pouvoir la reconstruire.

Heureusement, dans cette épreuve, je ne suis pas seule. J’ai pu compter sur l’écoute et le soutien de la femme qui compte le plus dans ma vie. Ma mère. J’ai pu compter sur l’écoute et les conseils d’une amie sincère. Marine. J’ai pu compter sur les rires et l’innocence d’une enfant. Ma fille. Elles ont été là pour moi, peu importaient l’heure, les kilomètres, l’âge…

Mais même si ma vie est sens dessus dessous depuis quelques jours, je crois que je n’ai jamais reçu ni donné autant d’amour.

Je me rends compte que depuis cet ouragan, je couvre encore plus ma fille de baisers et de câlins toute la journée, je lui dis que je l’aime chaque jour. J’espère ne pas l’étouffer… Je t’aime Bichette.

J’ai aussi ressenti le besoin de dire à mon amie que je l’aime. C’est une femme formidable qui vit des choses autrement plus difficiles que moi et pourtant, elle n’a pas hésité à m’appeler et à prendre du temps pour moi. Je t’aime Marine.

Quant à ma mère, j’ai appris à lui dire que je l’aime quand elle a eu son cancer. Quand la vie menace de nous retirer ceux qui comptent le plus pour nous, on n’hésite plus à dire ce qu’on ressent. Je t’aime maman.

C’est lorsque l’on est au fond du trou, que tout va mal, que les véritables amis sont présents. J’ai découvert que ma gentille collègue est quelqu’un sur qui je peux compter. Je sais aussi que j’ai une vraie amie, qui ne vit qu’à une heure de chez moi. Ma presque jumelle, à qui je peux me confier, qui m’écoute, qui me rassure mais qui peut aussi se confier à moi et me faire confiance. Je t’aime Candice.

*

Si je n’avais qu’un conseil à donner, ce serait celui-ci : dites aux personnes que vous aimez ce que vous ressentez pour elles. N’ayez pas peur d’aimer.

Je t'aime main Kiara

*

*

J’ai longtemps hésité à publier ce billet. J’ai eu peur qu’il soit mal interprété. Je vais bien. Je crois qu’il faut parfois un tsunami pour bousculer notre vie, pour nous rappeler ce qui est essentiel. Ce tsunami a tout détruit sur son passage mais il reste l’essentiel : l’amour. Et avec ça, on peut tout reconstruire!

Aimer et dire qu’on aime. Etre sincère, sans rien attendre en retour. Dévoiler ses sentiments… C’est le thème du défi de la semaine 3 pour le projet d’Agoaye Un défi ou un écrit.

Un défi ou un écrit une année de bienveillance avec Agoaye Bannière

Pour retrouver les autres participations à ce thème, cliquez sur ce lien : Dire qu’on aime

*

Aions-nous et disons-nous je t’aime.