Un défi ou un écrit

Ecrire pour renouer

Je ne suis pas du genre à regarder en arrière. J’avance, sans me retourner. Le passé reste où il est.

Je n’aime pas téléphoner, j’ai du mal à prendre des nouvelles et à en donner. Donc si on ne fait pas la démarche de m’appeler ou de m’envoyer un e-mail, on se perd de vue. Je ne suis pas une bonne amie. Je laisse le temps faire son oeuvre.

Je n’ose pas souvent appeler, j’ai peur d’être intrusive. Je préfère envoyer un discret SMS ou un petit mail. J’ai longtemps pensé que si on ne me contactait pas, si on ne me rappelait pas, c’était que je n’en valais pas la peine. Que ma présence ou mon amitié n’étaient pas nécessaires…

Mais en vieillissant, je me rends compte que j’aimerais renouer avec certaines personnes. Les appeler plus régulièrement, prendre de leurs nouvelles.

J’avais décidé d’envoyer mes voeux à une amie de la fac, que j’ai perdue de vue. On s’envoie les faire-part de naissance de nos enfants, mais je n’ai rencontré que son premier enfant (sur trois) et elle n’a jamais vu ma fille. Elle a déménagé, m’a envoyé sa nouvelle adresse. Il est temps d’y envoyer une jolie carte.

J’aime envoyer des cartes. J’aime fouiller sur les présentoirs, choisir avec soi LA carte parfaite pour son destinataire, l’écrire de ma plus belle écriture…

Cartes voeux 2016

Alors le premier défi de l’année du projet « Un écrit ou un défi » d’Agoaye, « écrire pour renouer » était parfait pour moi!

Ecrire pour renouer

Comme chaque année, je vais envoyer mes voeux manuscrits à certains membres de ma famille. Mais je vais aussi écrire à cette amie qui me manque. Je vais également écrire à des blogueuses qui n’écrivent plus mais avec qui j’avais noué des liens. Elles me manquent et je pense souvent à elles. Je vais répondre à un dernier mail que nous nous étions envoyé…

*

J’ai écrit ce billet en début de semaine. Depuis, j’ai pris le temps d’écrire et mes voeux sont envoyés. Défi relevé!

Publicités

11 réflexions au sujet de « Ecrire pour renouer »

  1. Très jolie idée! C’est vrai que souvent chacun vaque à ses occupations, a sa vie à gérer et malheureusement, on perd de vue certaines personnes qui nous étaient chères. Très joli défi que celui de retisser des liens. Bon courage 🙂
    Bisous

  2. J’aime bien tes cartes 🙂
    Je suis comme toi, une mauvaise amie, et je n’ai gardé contact en dehors de ma famille qu’avec deux personnes, et encore de loin en loin, mais elles savent que je suis la, je sais qu’elles sont la, c’est peut être le plus important 😉

  3. C’est marrant, mais je suis comme ça aussi. Je ne suis pas une bonne amie. Je ne prends pas de nouvelles, je n’ose pas. Et puis, je regrette beaucoup.
    Tu as fait un joli geste en lui envoyant une belle carte de voeux! 🙂

  4. J’aime la démarche et moi-même je suis très attachée à la chose écrite, surtout en ces temps où tout devient très impersonnel. C’est pourquoi depuis longtemps déjà chaque année j’envoie mes vœux manuscrits à des proches et il m’arrive durant l’année d’écrire de longues missives à des personnes auxquelles je suis attachée mais dont les nouvelles, du fait de l’éloignement surtout, sont épisodiques. Et je prie pour avoir une réponse car très égoïstement je dois dire que j’adore recevoir du courrier personnel, c’est devenu tellement rare que c’en est d’autant plus précieux! Bon ceci dit nous sommes à la mi-janvier et cette année je suis très très très en retard. Aussi merci pour cette piqure de rappel!

  5. Haha moi aussi je n’appelle pas très souvent, j’écris pas assez à mes amis, ma famille…

    Du coup, j’aime bien passer du temps à faire des jolis cartes, des jolis petits mots. Histoire que quand ils le reçoivent, ça les marque un peu plus 🙂

    a bientôt !

  6. Je suis comme toi : une flemmarde de la sociabilité… Mais comme tu l’écris si justement, il y a aussi une grosse part de « ne pas vouloir s’imposer » derrière tout ça :/

  7. Je me demandais justement l’autre jour quel genre d’amie j’étais! Je suis malheureusement de celles qui espèrent toujours une possible future re-connexion avec les gens qui ont compté pour moi à un moment donné. Souvent, c’est le silence radio de l’autre côté… 😦
    Je me suis demandée si, quand on renoue avec d’anciennes amitiés, ce n’était pas « par défaut » dans les moments de solitude, lors de coups durs, par nostalgie… Peut-être que c’est plus par défaut que par besoin mutuel?

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s