Le Papyrus de César, le dernier Astérix

Deux ans après Astérix chez les Pictes, le petit moustachu est de retour. Une trente-sixième aventure du gaulois concoctée par Jean-Yves Ferri pour le texte et Didier Conrad pour les dessins. Kiara et moi l’avons lu et nous vous donnons notre avis.

Le papyrus de César

L’histoire

César écrit ses Commentaires sur La Guerre des Gaules. Il raconte toute la guerre des Gaules et avoue que contre le village des irréductibles gaulois, il n’a jamais gagné. Le conseiller (éditeur et agent) de César, Bonus Promoplus (inspiré par Jacques Séguéla) incite César à supprimer ce chapitre intitulé « Revers subis face aux irréductibles Gaulois » et à ne garder que les éléments positifs.

Le papyrus de César Extrait

César accepte de faire disparaître ce passage embarrassant. Ce qui sera fait lors de la copie du livre. Tous les scribes s’exécutent, sauf un (Bigdatha) qui vole un exemplaire et le confie à un activiste gaulois appelé Doublepolémix (inspiré de Julian Assange) qui se rend au village d’Astérix et le remet aux mains des irréductibles en question.

Le papyrus de César Extrait 2

A partir de là démarre l’histoire : il faut retrouver le papyrus, le détruire pour que personne ne découvre que César a menti au Sénat.

Mon avis :

La trame générale garde la base de tous les Astérix précédents : les voyages, les bagarres, les romains, etc. Il y a toujours un méchant dans chaque album comme dans la Zizanie, dans le Domaine des dieux… Ici, c’est Bonus Promoplus.

Les personnages sont égaux à eux-mêmes : Abraracourcix est maladroit, irascible ; Bonemine donne son avis (et un peu plus que d’habitude ici), Astérix est toujours monsieur Je-Sais-Tout, Panoramix le vieux sage, Obélix la brute au grand cœur…

Il y a toujours les mêmes rituels : les bagarres entre Ordralphabétix le poissonnier et Cétautomatix le forgeron, et les querelles entre Cétautomatix et Assurancetourix le barde.

Au niveau de l’écriture, par contre, c’est faible. Les blagues ne sont pas assez recherchées, c’est trop facile, parfois du niveau blague « Carambar ».

Les Pictes, c’était un bon galop d’essai, ça laissait entrevoir de belles choses pour la suite, même si ce n’était pas aussi bien que les Astérix d’antan. Le soufflé est retombé.

Les jeux de mots arrivent trop vite, il y a de nombreux cartouches jaunes, on a l’impression que l’auteur essaie de se mettre en avant.

Bref, j’ai été déçu.

L’avis de Kiara : 

Kiara a trouvé que l’histoire était intéressante (même s’il y a encore des énormités, comme le fait que César soit Empereur de l’Empire romain – alors que César, c’est le déclin et la chute de la République – mais passons, elle est prof de latin), elle aime les liens entre la BD et l’actualité, ces clins d’oeil. Mais elle aussi a été déçue, elle n’a pas ri autant que d’habitude. C’est dommage.

Espérons que le prochain sera meilleur par Toutatis !

Vous l’avez lu? Qu’en avez-vous pensé? 

Publicités

15 commentaires

  1. Je l’ai lu et cela m’a plu 🙂 Je ne cherche pas dans la BD de la haute littérature mais une distraction. Les allusions à des situations vécues me font rire 😀 Belle semaine, courage ! Bisous

    1. Nous non plus, on ne cherche pas de la grande littérature. Juste du divertissement (ça,on l’a eu!) et de l’humour. Ca ne nous a pas fait rire autant qu’on l’attendait, autant que les précédents, qu’on connaît tous par coeur et qui, pourtant nous font toujours autant rire. Et c’est en ça qu’on a été déçus. Il n’est pas si mauvais, mais il n’est pas si bon… Espérons que le prochain sera meilleur.

    1. C’est vrai que certains sont moyens…
      J’ai trouvé l’histoire très bonne. Bien pensée. Mais à part ces fameuses erreurs historiques… Voilà pourquoi les profs de latin ne doivent pas disparaître!
      Mais j’ai trouvé que les blagues étaient parfois trop facile et c’est dommage. J’ai préféré le précédent, chez les Pictes. On ne peut pas faire mouche à tous les coups!
      Mais je vais le relire, sait-on jamais, peut-être qu’une deuxième lecture sera salutaire! 😉

  2. Je l’ai lu et ayant lu l’avis du Conquérant avant, je l’ai vu apparaître à chaque page et j’ai peur d’avoir été influencé par sa grandeur !
    J’ai beaucoup apprécié ce billet du Conquérant, son humour est assez recherché, rien à voir avec ces fameuses blagues des caramels ! Il est clair (mouarf, mouarf) que le soufflé n’est pas prêt de retomber avec lui i
    Comment peut-on être déçu avec un billet du Conquérant ?
    Vivement son prochain billet !

    1. Et comment peut-on être déçu avec un commentaire d’Oth67?
      J’ai beaucoup apprécié ton humour. Le soufflé n’est pas prêt de retomber!
      Vivement ton prochain commentaire!

      Et donc, tu as moyennement aimé toi aussi? Ou tu as apprécié le BD finalement?

      1. Comme le dit Sév, il faut parfois lire plusieurs fois un Astérix pour bien en cerner toutes les nuances humoristiques !
        Je vais donc laisser mariner avant de m’y replonger !

        1. C’est une femme très sage que tu as épousée.
          Je pense qu’on le relira plusieurs fois (on a tellement lu les autres qu’on les connaît presque par coeur). Et peut-être qu’on l’appréciera davantage.

          1. Ouiiii ?? On m’appelle ???
            J’ai donc lu aussi le Papyrus de César. J’ai beaucoup apprécié le fait de faire référence aux nouvelles technologies actuelles. Les transposer au temps de César est une bonne idée plutôt bien exploitée.
            Mon petit reproche : le clin d’œil à des personnalités n’est pas évident au 1er abord. Si je n’avais pas entendu dans les médias que Promoplus était un pastiche de Séguéla, je n’aurais pas fait le rapprochement (de plus, la ressemblance physique n’est pas flagrante). Je n’avais pas non plus compris que Doublepolémix était le pendant d’Assange, et le journaliste du Mundus (je n’avais pas relevé !) encore moins (FOG).
            Comme quoi, une relecture est toujours bien utile…
            Les anachronismes ne me dérangent pas puisqu’ils sont légion (romaine ! Ahah) dans les aventures d’Astérix, et volontaires.
            Pour dire encore que lire plusieurs fois un Astérix est utile (et agréable), je viens de relire « l’Odyssée d’Astérix » et j’ai relevé qu’une case qui ne m’avait pas sautée aux yeux jusque là : Obélix dit page 30 « Vous ne seriez pas un peu près de vos sesterces dans ce pays » ! Comment ne l’ai-je pas vu avant ??
            Voilà voilà 🙂
            En tout cas, je relève que je suis une sage et que je suis appréciée. Ça me va droit au cœur, j’en pense tout autant de toi ❤

  3. oh oh, merci pour cet avis très intéressant. Je pense que petit à petit le soufflé retombe…. Comme pour tout finalement.
    Mais je le lirai tout de même !

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s