[Information] Agissons contre le harcèlement à l’école

Comme tous les profs de France, j’ai reçu, ce soir, une lettre de notre ministre. Elle est envoyée à tous les enseignants, mais, pour faire écho à mon billet d’hier, j’ai eu envie de la partager avec vous.

Lisez-la et dites-moi ce que vous en pensez!

Agir contre le harcèlement à l'école

Madame, Monsieur,

Je m’adresse à vous aujourd’hui pour mobiliser l’ensemble de la communauté éducative contre le harcèlement.

Depuis maintenant deux ans, nous avons accompli un travail important en terme de sensibilisation, de prévention et de formation des personnels pour lutter contre ce fléau.

Mais ce n’est pas suffisant, 700 000 élèves souffrent de harcèlement, et parmi ceux là, 383 000 souffrent d’un harcèlement sévère.

1 élève sur 5 a connu de la cyberviolence, c’est pour cette raison que je m’adresse à vous ce 10 février, « jour de l’internet sans crainte ».

Nous devons poursuivre le combat contre ce mal qui crée chez les élèves des blessures dont il arrive qu’ils ne se relèvent pas ou très difficilement.

La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes du 4 août 2014 reconnait le harcèlement moral comme un délit.

Mais le rôle de l’école est en premier lieu de prévenir, je tenais à vous rappeler l’existence des très bons outils développés par la mission ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire et qui sont à votre disposition sur le site :

http://www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr/centre-de-ressources/outils-pedagogiques/

Vous pouvez également vous appuyer sur les 250 référents harcèlements qui existent, il y en a forcément plusieurs dans votre académie.

Mais ce n’est pas suffisant et nous devons aller encore plus loin.

Nous allons accentuer nos efforts dans le premier degré en mettant en place un parcours de formation continue M@gistère pour accompagner les enseignants et mieux les armer pour prévenir les situations de harcèlement.

Nous allons également mettre à disposition des élèves, des familles et des personnels, des ressources qui faciliteront l’accès des victimes à un soutien efficace et de proximité.

Enfin, nous disposons actuellement de deux numéros verts pour apporter de l’aide aux victimes, nous allons développer un numéro à 4 chiffres qui rendra plus facile l’accompagnement des familles et nous allons mobiliser l’ensemble de nos partenaires sur un sujet qui dépasse largement les murs de l’école.

Parce que le problème est important et qu’il est vital que nous le prenions tous à bras le corps, je sais pouvoir compter sur vous.

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

NAH
*

A part la « petite » erreur (ça ne fait pas deux mais bien quatre ans que la précédente campagne avait été lancée par Luc Châtel), que pensez-vous de ce message adressé à tous les personnels de l’Education nationale?

Publicités

6 commentaires

  1. C’est comme d’habitude bien huilé et pompeux mais qu’en sera-t-il lorsqu’un cas sera dénoncé ? Comme d’habitude le service après vente ne sera pas au rendez-vous . Que pourront faire très exactement les maîtres sans risquer de se faire bastonner ? Bisous

  2. Cette lettre est engagée et permet au moins de remettre le harcèlement au cœur des priorités des enseignants. En tant que parent, je trouve cela très bien. Reste à voir ce qu’il se passera réellement, si les beaux discours seront tenus.

  3. Le problème est que le harcèlement à l’école a toujours existé mais ça ne fait que quelques années qu’on a conceptualisé le problème en lui donnant un nom. Lorsque j’étais au collège, dans les années 90, le problème existait sans que les pouvoirs publics se donnent les moyens d’agir et de le combattre. A l’image de ce qui existe depuis longtemps dans les pays scandinaves en matière d’éducation … J’espère que cette lettre sensibilisera réellement le corps enseignant et que de réelles mesures, constructives et utiles, seront prises et trouvées … Mais franchement, j’ai peur qu’à l’image des mesures en matière de bizutage qui avaient pu être prises un temps par une ancienne ministre de l’éducation aujourd’hui ministre de l’écologie, ça ne soit qu’un feu de paille … car oui, le bizutage tel que Mme Royal le qualifiait en 2007, n’est pas un phénomène obsolète. Au contraire, le bizutage existe toujours, il est plus ou moins virulent, plus ou moins drôle et marque toujours les élèves qui en ont été victimes …

  4. C’est joli tout ça, c’est bien formulé. Mais derrière les mots, le fond me semble… creux. Vide.
    C’est bien de dire qu’il faut agir. Ca sera encore mieux de le faire de manière concrète.

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s