Coup de gueule·Etre prof

Le harcèlement scolaire, de l’enfant au prof

J’étais en train de corriger des bacs blancs, ce midi, quand j’ai eu besoin d’une pause. J’ai allumé la télé pendant que je mangeais. J’ai mis les infos puis le Magazine de la santé. Une maman était invitée pour parler de son livre, Marion, 13 ans pour toujours. Nora Fraisse a raconté le harcèlement qui a commencé à l’école, puis qui a continué sur les réseaux sociaux et qui a tué sa fille le 13 février 2013.

Marion 13 ans pour toujours - Le harcèlement scolaire tue - Nora Fraisse - Editions Calmann Lévy
Marion 13 ans pour toujours – Le harcèlement scolaire tue – Nora Fraisse – Editions Calmann Lévy

Ce témoignage m’a bouleversée. Pas seulement parce que je suis maman. Aussi parce que je suis prof et que j’ai été élève.

Quand j’étais gamine, un élève qui avait « des problèmes psychologiques » a essayé de m’étrangler avec mon écharpe. Une écharpe orange, que j’aimais beaucoup. J’avais des gants et un bonnet assortis. Je m’en souviens comme si c’était hier alors que ça s’est passé il y a plus de 20 ans. Plus de 25, même. Je ne sais plus si j’en ai parlé, je ne sais plus ce qui s’est passé. Je me souviens juste que je ne pouvais plus respirer et que j’avais peur. Cet élève ne m’a plus « importunée », mais il a embêté ou terrorisé tous les gamins de l’école.

Au collège, j’étais une jeune fille épanouie. En avance sur son âge, moralement, mais aussi physiquement. En quatrième, un groupe de garçons de ma classe avait décidé qu’ils me toucheraient tous les seins. C’était une étape obligatoire pour eux. Ce qui était pour eux un jeu, était pour moi une souffrance. Je me souviens d’un jour, en cours de sport, alors que je passais près d’un renfoncement, quatre ou cinq garçons m’ont bloquée. Je me suis débattue, mais une frêle jeune fille contre cinq adolescents, ça ne fait pas le poids. Alors je me suis laissée tomber sur le sol et je me suis mise en boule. Après m’avoir « pelotée » (ou plutôt après m’avoir effleuré les seins du bout des doigts), ils ont poursuivi leur route. La prof de sport ayant remarqué un attroupement nous a appelés. Le cours a repris et je n’en ai parlé à personne. Jamais. A quoi bon? Je ne pensais pas que les adultes pourraient faire quoi que ce soit. Et je ne pensais pas qu’on me croirait. Qui étais-je? Personne. Alors on avance et on oublie. C’est la première fois que je le fais. Suite à ce pelotage, j’ai emprunté de plus en plus souvent les pulls de mon frère. Un peu trop larges pour moi. Et j’ai été souvent absente en sport. Jamais seule, toujours collé à mes « copines ». J’ai encore entendu des « miss gros seins » réguliers. J’ai laissé parlé ou je répondais « et toi t’es mister gros con » ou quelque chose comme ça. Je me suis blindée, jusqu’à ce que ça se tasse.

En France, 1 élève sur 10 est victime de harcèlement à l’école. Qu’elle soit verbale, physique ou psychologique, la violence répétée est un fléau sous estimé.

Quand j’étais à l’IUFM (oui, j’ai passé mon concours quand l’IUFM existait encore…), j’avais posé la question à la formatrice qui nous demandait si on avait des questions, en vrac, à poser : « Comment gérer la violence des élèves? » Aucune réponse. J’avais aussi demandé ce que l’on devait faire en cas de harcèlement scolaire. Je n’ai jamais eu de réponse non plus.

Lors de mon troisième remplacement, j’ai eu rapidement la réponse sur la violence des élèves. Verbale, physique et… virtuelle.

Depuis 7 ans que je fais ce métier, j’ai aussi été témoin de harcèlement scolaire. Une année, au collège, alors que je surveillais la cour de récréation (pas de surveillants, les profs s’en chargeaient à tour de rôle), trois élèves s’en sont pris à un autre. J’ai foncé vers eux, ramassé la pauvre victime, engueulé les trois autres qui se sont défendus avec le fameux argument : « non mais on jouait, hein, madame ». Bien sûr. J’ai trainé tout ce beau monde chez le CPE qui s’est occupé du « problème ». Il m’a demandé d’écrire ma version sur papier et ensuite, il y a eu convocation des parents des quatre élèves, exclusion de trois jours, travaux d’intérêt général.

J’ai aussi entendu parler de harcèlement sur internet, dans un collège où j’ai fait un remplacement. Trois gamines s’en sont pris à une quatrième. Ces élèves de sixième ont créé un blog sur lequel elles insultaient leur camarade. Elle en a informé ses parents qui ont averti le collège après avoir porté plainte à la gendarmerie. Aucun fait de violence ni verbale ni physique n’avait eu lieu dans l’enceinte du collège. Mais le chef d’établissement a eu l’idée d’organiser une soirée sur le harcèlement sur le net ouverte aux profs, aux enfants et aux parents.

Je ne raconte pas ici tous les faits dont j’ai été témoin ou que j’ai entendu, mais même le plus « banal » est important.

Cette année, j’enseigne en lycée. Depuis le début de l’année, je suis intervenue dans toutes mes classes au moins une fois.

Un garçon, qui était bouc-émissaire l’année dernière, est devenu harceleur. Nous avons rapidement mis les points sur les i avec lui et avec toute la classe. Il a compris qu’il ne devait pas faire subir à quelqu’un ce qu’il a subi auparavant. Dans cette classe, nous restons très vigilants. Quand les profs font bloc, c’est vraiment efficace.

Dans une autre classe, une jeune fille a été prise en photo à son insu. La photo a circulé de portable en portable. Elle l’a su par ses camarades d’internat. Elle en a parlé à ses parents qui lui ont conseillé de nous en parler avant de porter plainte. Elle est venue se confier à moi après un cours. Je l’ai écoutée, j’ai rapporté ses propos à son prof principal et au CPE qui ont fait le nécessaire auprès de la classe. La menace de la plainte à la gendarmerie a fait son petit effet. Conseil de discipline et autres punitions (dont je ne ferai pas étal ici) pour les deux incriminés, le lycée a tapé fort. Mais les parents n’ont pas jugé nécessaire de sévir aussi, pour eux, ce n’était pas une « grosse bêtise ».

Dans une autre classe, en plein cours, un garçon très calme et discret s’est mis à hurler : « Mais putain, laissez moi! Arrêtez de m’embêter, j’en peux plus de vos remarques! » J’étais en train de distribuer des documents, j’ai immédiatement arrêté pour demander ce qui se passait. Il m’a expliqué qu’il était victime de harcèlement verbal de la part de « certains » de ses camarades de classe depuis une dizaine de  jours. J’ai fait la « morale » à la classe, en leur rappelant ce qu’étaient le respect, la violence, ses conséquences, etc. Je pense que c’était nécessaire. L’élève est venu me voir à la fin de l’heure. Il n’a pas voulu me dire qui étaient ses harceleurs. Je l’ai averti que le CPE et son prof principal seraient prévenus. Le CPE est intervenu dans leur classe et l’élève a rencontré le chef d’établissement. Avant les vacances, j’ai demandé à cet élève si ça allait mieux et visiblement, c’est réglé. Mais cela ne nous empêchera pas d’être vigilant jusqu’à la fin de l’année. Et sans doute de sa scolarité.

Depuis que je suis prof, j’ai été confrontée plusieurs fois au harcèlement. On y ajoute souvent à tort l’adjectif « scolaire ». Parce qu’il naît parfois à l’extérieur et/ou qu’il est transporté à l’extérieur de l’établissement après les cours, pendant les vacances, par les réseaux sociaux. Il ne se limite plus à l’enceinte de l’école, du collège ou du lycée. C’est du harcèlement. Point.

J’ai vu des collègues fermer les yeux, pour diverses raisons. Parce que ce sont des gamins, parce que « c’est pas méchant », parce que « c’est de la paperasse », parce que ceci ou cela. Je m’en mêle toujours. Même si parfois, je me trompe. Mieux vaut s’alerter pour pas grand chose, que d’ouvrir les yeux trop tard.

J’ai vu des collègues être anéantis parce qu’ils n’avaient pas vu ce qui se passait. Des collègues qui s’en veulent a posteriori. Pourtant, des signes auraient dû les alerter : les résultats qui baissent, le gamin qui s’éteint, l’isolement… Mais ces signes sont aussi souvent ceux d’un chagrin d’amour. « On aurait dû demander »…

J’ai vu des parents hausser les épaules quand on leur explique que leur enfant est un harceleur. Parce que ce sont des histoires de gamins, parce qu’il y a toujours eu des boucs-émissaires, parce que c’est pas possible, leur enfant est un ange… J’ai vu des parents frapper leur enfant parce que c’est un « petit con », en apprenant le comportement de leur progéniture. Mais jamais je n’ai vu proposer d’aide aux parents d’enfants harceleurs. C’est dommage.

J’ai vu des parents de victimes minimiser les faits, parce que « chez nous, on n’est pas des victimes ». J’ai vu des parents s’effondrer parce qu’on n’a rien vu de tout ça. » « On est de mauvais parents. » « On n’a pas su écouter notre enfant. » Non, ce ne sont pas de mauvais parents. Les gamins ont tendance à ne pas en parler aux adultes. Par honte ou par peur de ne pas être crus ou d’être ignorés. Pour tellement de raisons.

C’est dur pour un enfant de briser le silence. C’est à nous, adultes, d’être vigilants. C’est à nous d’ouvrir les yeux mais aussi et surtout, de répéter que s’ils ont besoin de nous, on est là. Et d’être là le jour où ils ont besoin de nous, même si ça nous fait arriver en retard à la cantine, ou chez la nourrice ou au cours suivant. C’est à nous, adultes, de prouver aux enfants qu’ils peuvent avoir confiance en nous.

Et c’est à nous de leur rappeler qu’un numéro existe : 0808 807 010

*

En France, 1 élève sur 10 est victime de harcèlement à l’école. Soit 3 enfants par classe en moyenne. Ouvrons les yeux! Brisons le silence!

*

NB : je précise que « gamin’ ou « gamine » n’est pas du tout péjoratif pour moi, c’est même plutôt affectueux.

*

Edit du 11/02 :

Si vous avez écrit un billet sur le harcèlement scolaire, que vous soyez parent d’enfant harcelé, enfant harcelé, parents d’enfant harceleur, ancien harceleur, prof, merci de me mettre le lien en commentaire :

– Harcèlement scolaire : la face cachée des (gentils ?) petits enfants !

 La colère

« Je ne pense pas qu’il y ait un problème grave… »

– J’ai été une victime.

 – Stop aux harceleurs!

– Mon harcèlement scolaire …

– Harcèlement scolaire

– Harcèlement, je suis en colère et la « suite » Luttons contre le harcèlement … ah oui et comment ?!

 – Le harcèlement scolaire, je sais ce que c’est

Publicités

24 réflexions au sujet de « Le harcèlement scolaire, de l’enfant au prof »

  1. Merci pour ton regard tout aussi humain que professionnel mais qui offre différents points de vue. J’avoue que c’est ma hantise, de passer à côté du mal-être de mes mômes ou de ceux de mon entourage du fait du harcelement.
    Assez présente dans le milieu scolaire, je vois bien que tout n’est pas rose, mais on a du mal parfois à croire et surtout à comprendre comment on a pu en arriver là.
    Et je te rejoins sur le boulot que les adultes, TOUS les adultes, ont à faire pour informer, éduquer, prévenir, protéger et sanctionner si besoin avant que l’irréparable n’arrive.
    A ne pas rater ce soir le film diffusé dans l’émission Infra-Rouge sur le sujet.

    1. Oui, je n’ai pas pensé à parler de cette émission dans mon billet. De nombreux témoignages d’enfants harcelés et de parents d’enfants harcelés dont certains se sont suicidés.
      Tous les adultes, parents, grands-parents, profs doivent se sentir concernés. Le harcèlement a toujours existé, il faut essayer de l’arrêter!

  2. En tant qu’ancienne victime, je te remercie vraiment d’agir comme tu le fais dans ton rôle d’enseignante. Des profs comme toi, il en faudrait beaucoup plus !

    J’ai l’impression qu’on en parle beaucoup plus, depuis quelques temps. Rien qu’aujourd’hui, c’est la cinquième fois que j’en entends parler. J’espère que la parole ne s’éteindra pas.
    (Hasard ou pas, j’ai publié mon témoignage de victime sur mon blog il y a juste quelques heures. Est-ce que je peux y ajouter un lien vers ton article ?)

    1. Mais bien sûr!
      Je ferai une liste des billets qui évoquent le sujet et j’y mettrai le tien.
      On en parle beaucoup parce que la ministre s’est rendue compte que c’était important. Enfin! Il est temps.

  3. C’était également le sujet de l’émission « Toute une histoire ».cet après-midi.
    Des témoignages poignants.
    Les harceleurs ne se rendent pas compte du mal qu’ils font à leurs victimes.

    1. Je ne regarde jamais cette émission. Mais ce soir l’émission Infrarouge sur France 2 est consacrée auharcèlement.
      Certains harceleurs ne se rendent pas compte, d’autres sont des pervers narcissiques qui prennent du plaisir à faire souffrir les autres. Et puis il y a le harcelé qui se venge de ce qu’on lui a fait subir.

  4. Très bel article, je suis surveillante et on est constamment en relation avec cette violence. Et des fois on passe à côté parce que les enfants ne viennent pas se plaindre, ou tout simplement parce qu’on est 4 surveillants pour 480 gamins et qu’on a rien vu !!!

    1. Manque cruel de personnel!
      Dans le collège que j’évoque dans l’article, on n’avait qu’un surveillant à temps plein donc les profs faisaient eux-mêmes la surveillance. On était quatre à chaque récréation à surveiller les cours. Mais pourtant, on ne voyait pas tout. Et parfois des élèves venaient nous chercher pour nous avertir d’une bagarre ou d’un incident.

  5. J’étais très vigilante…mais il y a quelques années le directeur ne voulait pas entendre parler de « gamineries  » et l’assistante sociale avait d’autres chats à fouetter ! 😦 Il semblerait que les choses vont évoluer, heureusement ! Bisous

    1. J’espère bien que ça va évoluer!
      Je ne comprends pas les directeurs et les assistantes sociales qui ne font pas leur travail!
      Bisous.

    1. De rien. Je trove que je n’en fais pas assez. Je m’en suis voulue une fois quand j’ai hésité à réagir et je me suis promis de ne jamais plus hésiter (bon, finalement c’était rien, mais ça aurait pu être grave).

  6. moi je me souviens que j’étais pas mal embêté plus jeune, je ne veux pas dire harcelé car c’était sur des courte périodes et il y avait toujours des personnes pour me défendre plus ou moins , mes pires années étaient la quatrième et la seconde, mais ce dont je me souviens surtout c’est que mon seul moyen de défense quand ça arrivait en cours était de crier comme ton élève sauf que je n’ai jamais eu la chance d’avoir des profs comme toi et que bien souvent c’est moi qui me faisait engueuler d’avoir crier ou que si ça n’allait pas je n’avais qu’à changer de place.
    Depuis j’ai mis de coté cette période dans mon cerveaux, je ne m’en souviens que très rarement mais quand c’est le cas je me rappelle des moindre détails. Je pense que ma mère ne sait rien de tout ça, elle m’a déjà vu pleurer plus jeune mais comme les autres pensait que c’était des histoires de gamins.
    Maintenant j’ai peur pour mes filles, j’ai peur qu’il leur arrive des choses semblables et surtout peur de ne pas le voir.
    voilà ça doit être la première fois que je parle de ça à quelqu’un.

    1. Moi aussi, j’en ai parlé pour la première fois ici. Personne n’en savait rien. Ma mère et mon conjoint lisent mon blog, ils vont l’apprendre ainsi…
      En tant que maman, je pense bien sûr à ma fille, en tant que prof, je pense à tous les élèves. Mais je crois que, si on ne peut pas l’empêcher (on peut peut-être le prévenir), on peut quand même les aider, en leur rappelant qu’on est à leur écoute, qu’ils peuvent parler de tout, qu’on ne les jugera pas, en étant à leur écoute dès l’enfance, ils parleront plus facilement. Peut-être qu’on devrait leur dire qu’on a été victime et quels ravages ça fait…

  7. Les choses évoluent dans le bon sens j’en suis convaincu, et pourtant il me reste au fond de moi une haine farouche (je réprouve pourtant) pour le corps enseignant…que j’estime coupable au moins à mon époque d’un j’en foutisme aggravé. Je me suis construit ou reconstruit petit à petit sans l’aide de personne…ce n’était pas gagné d’avance.
    Merci Kiara

  8. Heureusement qu’il y a des profs comme toi, attentive et qui ne laisse rien passer !
    Le harcèlement a existé de tout temps, mais c’est vrai qu’avec les réseaux sociaux, les victimes n’ont alors plus du tout de répit… Elles sont alors harcelées à l’école et à la maison. A nous adultes d’essayer d’être vigilants pour savoir entendre leurs maux et leurs mots, quand ils arrivent.
    Bises.

  9. En te lisant, je me suis dit « comme j’aurais aimé que mon 8 ans soit dans cette école »
    On est en plein dedans, et on a une équipe enseignante, ou plutôt un directeur qui minimise les faits et a été jusqu’à dire à mon fils que s’il était moins réservé, il se ferait moins embeté…

    J’ai écris un billet dessus, parce que ça m’énerve d’entendre que c’est pas du harcèlement, c’est pas une agression, c’est pas grave ce sont des enfants :
    http://meredebordee.com/la-colere/

    Merci de m’avoir montré qu’il existe des écoles où les choses sont prises au sérieux

    1. Ton fils est réservé, il a le profil « type ». Malheureusement, il y a un « profil » de victimes. Comme l’a dit une ancienne harcelée dans le film sur France 2 hier, tant qu’on est en posture de victime, on sera harcelé. Oui, c’est vrai. Le jour où on ne veut plus être victime, on ne le sera plus. Mais pour que l’enfant puisse avancer, il faut l’aider. Il n’a pas les armes pour se blinder, c’est à l’adulte de les lui donner. C’est à l’adulte de lui donner confiance en lui, notamment en l’écoutant et en le croyant. Et ce n’est pas en minimisant qu’on va les aider! Ca me met en colère de lire ça. Je ne comprends pas que des adultes qui font un métier autour de l’enfant ferment les yeux.
      Je vais aller lire ton billet!

  10. Le harcèlement concerne beaucoup plus de monde qu’on le pense malheureusement… Moi même au lycée, j’ai été prise à partie par un groupe de filles sans vraiment savoir ce que je leur avait fait pour qu’elles me pourrissent ma 2nd… Ma petite sœur s’est également faite harceler au collège parce qu’elle était « différente », elle avait 13 ans. Elle était dans un collège « normal » mais dans une classe SEGPA parce qu’elle a un léger retard mental qui ne lui permet pas de suivre les cours correctement. Plusieurs filles s’en sont pris à elle, allant jusqu’à la filmer aux toilettes et publier la vidéo sur facebook !! Ma sœur n’allant pas sur internet, ce sont des amies à elle qui l’ont prévenu. Elle ne s’est pas démontée et est allée se plaindre auprès de la directrice qui a convoqué mes parents qui ont décidé de porter plainte. Les jeunes filles ont eu quelques jours de suspension et ont dû présenter leurs excuses à ma sœur. Elle les attends toujours… et leurs parents n’ont pas l’air d’avoir pris l’histoire au sérieux… Bref, je pense que si on creuse, beaucoup de personnes de notre entourage ont subi du harcèlement… En tout cas, merci pour ton article, tu as l’air d’être une prof qui prend vraiment en compte ses élèves et c’est super !

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s