Etre prof

Etre prof, se remettre en question

Je ne suis pas passée sur ce blog depuis un bon moment. Je suis débordée depuis la rentrée et ça ne va pas en s’améliorant… Mais aujourd’hui, je n’arrive pas à travailler. J’ai besoin de mettre des mots sur mes maux…

La Bérézina de mon inspection

J’ai eu une petite semaine pour préparer mon inspection, celle qui validerait mon concours ou qui verrait mon stage renouvelé. Lundi dernier, j’ai été inspectée. Mes élèves ont été en dessous de tout : une bonne part est arrivée en retard, sans excuse, la moitié de la classe n’avait pas fait son travail, ils avaient oublié leur livre, leurs affaires, ont refusé de montrer leurs classeurs à l’inspecteur ou lui ont montré d’autres documents que ceux demandés… J’étais stressée et quand j’ai compris que je ne pourrais pas faire ce que j’avais préparé, comme les élèves n’avaient pas fait leurs devoirs, j’ai changé d’activité. Entre cette improvisation et le comportement des élèves qui m’a perturbé, les interventions « musclées » de l’inspecteur auprès des élèves, j’ai été en dessous de tout. J’ai fait beaucoup d’erreurs, je n’ai pas géré mon cours comme je le fais habituellement, j’ai manqué de rigueur.

Après ce cours laborieux, l’entretien a été difficile. Je n’ai pas toujours saisi l’intérêt des questions de l’inspecteur, j’ai répondu à côté, je n’ai pas su développer. J’étais tellement déçue par ce que j’avais montré que j’avais du mal à me concentrer. Et l’inspecteur appuyait sur tous les points négatifs qu’il avait relevés. A la fin de l’entretien, j’étais assommée. J’avais l’impression d’être la pire prof de l’univers.

Suite à cet entretien, l’inspecteur est allé s’entretenir avec mon chef d’établissement qui m’a ensuite reçue. Il est revenu sur le bilan qui lui avait été fait quelques minutes auparavant. Un bilan très moyen. Beaucoup de points négatifs. Il a même remis en cause la validation de cette année de stage. Un bilan catastrophique. Au moment de quitter le bureau de mon chef d’établissement, j’étais au bord des larmes.

Tampon refusé sur fond blanc 1

Le lendemain, mon chef d’établissement souhaitait me revoir avec mon  tuteur. Cette fois-ci, quelques points positifs ont été soulignés. Je sais créer une progression annuelle cohérente et en lien avec les programmes, j’ai un bon contact avec les élèves. C’est toujours ça…

Retrouver confiance en soi

Depuis cette inspection catastrophique, j’ai totalement perdu confiance en moi : je me sens en dessous de tout, j’ai l’impression d’être une très mauvaise enseignante, de ne pas faire correctement ce travail que j’aime tellement. J’ai l’impression d’avoir échoué dans la mission qui m’était confiée et je n’arrive pas à remonter la pente.

Je suis d’un naturel optimiste. Je vois généralement le verre à moitié plein. Mais après cette inspection calamiteuse, mon verre était totalement vide. Mon tuteur a essayé de le remplir un peu, en me rappelant les qualités qu’il avait perçues en venant m’observer. Mon chef d’établissement m’a assurée de la validation de mon année de stage, m’a renouvelé son soutien.

La pente est dure à remonter. J’aime ce métier, mais depuis cette journée, j’ai l’impression de ne plus savoir faire ce que je faisais naturellement.

Se remettre en question

L’inspecteur m’a donné des conseils. Certains très concrets, qui m’ont fait soupirer car s’il était venu un autre jour, avec une autre classe, il les aurait vus en application… D’autres qui m’ont fait sourire car pas vraiment applicables ou alors dans des classes idéales, pas trop chargées, avec des élèves qui souhaitent travailler… enfin, bref.

Depuis cette inspection catastrophique, je me remets en question, j’essaie de nouvelles activités, d’autres façons de faire travailler les élèves. Je tâtonne. Avec certaines classes, ça fonctionne. Avec d’autres, pas du tout. Mais je persévère.

En cette fin d’année, j’ai l’impression d’être une débutante, de ne jamais avoir enseigné avant l’inspection et d’avoir tout à apprendre. Et j’ai envie d’apprendre. Je suis plus motivée que jamais. J’ai envie de devenir une bonne prof et je vais mettre toutes les chances de mon côté pour progresser. D’ailleurs, je dois vous laisser, mon tuteur m’attend. Je vais observer sa pratique de l’enseignement.

La Belle Bleue
La Belle Bleue

Etre prof, ça ne s’improvise pas. Pour devenir prof, il faut être formé. Et bien formé. L’idéal serait de l’être avant d’être inspecté…

Publicités

19 réflexions au sujet de « Etre prof, se remettre en question »

  1. Oh ma pauvre, je ne sais vraiment pas ce que je pourrais te dire pour te remonter le moral. Je suis intimement persuadée que tu es une enseignante hyper motivée qui donne du temps, de l’énergie pour son travail. j’avais été impressionnée par ton nombre d’heures de preps. C’est vraiment une profession difficile, je suis sûre que tu es faite pour ça et fuck à tes élèves qui n’ont pas été cools ce jour là.

  2. Kiara, tu assures !
    Ton texte est parlant. Tu aurais pu te déresponsabiliser et tu ne le fais à aucun moment.
    Tu aurais pu péter un câble devant l’inspecteur, tu aurais pu lui dire ta façon de penser de manière méchante et agressive, tu aurais pu lui dire d’arrêter de vivre dans la théorie.
    Tu aurais pu réagir totalement différemment de ce que tu as fait ce jour là.
    Peut-être aurais-tu pu mieux faire, c’est vrai, c’est ce que l’on se souhaite à chaque fois. Pourtant, là tu as été plus qu’une étudiante ou stagiaire, tu as été un femme pédagogue, qui apprend aux autres, qui apprend des autres, qui se cherche et qui se trouvera au fur et à mesure de ton apprentissage.
    Te rends tu comptes de ce que tu as fait depuis ?
    Tu continues, tu es en quête de donner le meilleur de toi, tu cherches des solutions, et tu en trouves.
    Tu as perdu confiance, c’est juste normal. On est jamais heureux de se prendre une baffe dans la vie (sauf les maso).Je pense que cette expérience t’a enrichit et t’a donné beaucoup. Elle va te permettre de t’élever encore plus haut et d’être l’enseignante que tu veux être.
    Je te tire mon chapeau (je crois que c’set comme ça que l’on dit 😉 ) , je suis heureuse de lire tout ce que tu entreprends depuis.
    Je te souhaite de retrouver ta confiance, garde ta foi d’enseignante, tu vas y arriver !
    Je t’embrasse
    Emilie

  3. Comme toi, je vois le verre à moitié plein, la plupart du temps. Mais c’est normal que tu broies du noir après une telle claque. C’est le système qui est mal fait: on n’est pas formés avant d’être sur le terrain, du moins en pédagogie et en préparation de cours, ce qui est rappelons le, le gros du boulot quand même! t’inquiète, ils vont valider, c’est quasi toujours le cas, et finalement quand tu auras repris tes esprits, tu auras beaucoup appris!

  4. Je suis sûre que depuis l’écriture de ce billet tu as déjà repris du poil de la bête et que tu vois de nouveau le verre à moitié plein. Néanmoins cet article, et cette expérience, souligne une fois de plus l’incohérence de la formation des profs, et sa parfaite inadéquation avec les réalités du métier. Et je ne parle même pas des inspecteurs et autres décideurs qui ne sont plus (certains ne l’ont jamais été) devant les élèves et qui ont tout oublié de la vraie vie d’un prof.

  5. de tout coeur avec toi! ma fille qui est une prof qui te ressemble a eu une première inspection catastrophique comme la tienne, et une 2ème de rattrapage qui s’est très bien passée…. Tu es tombée sur la mauvaise classe…. Elle maintenant enseignante depuis 15 ans et tout se passe bien.
    Courage à toi, je suis persuadée que tu es une très bonne enseignante. Bises

  6. Beaucoup de mauvaises conditions ce jour-là… alors que je suis sûre que tu es une très bonne prof! Accroche toi, reprends confiance, je suis sûre que tu assureras la prochaine fois!
    Des bisous

  7. Je pense pas que tu sois aussi nulle que le bilan de cette journée te laisse penser, ne serait-ce que parce que tu as la passion de ton métier. Tu as sans aucun doute encore beaucoup à apprendre, comme tout le monde, mais même un vieux prof apprend encore ! Chaque classe est différente.
    Cependant tes élèves ont tout fait pour te compliquer la tâche et le stress ajouter à cela, tu as dû lutter. Tu gères beaucoup en même temps, ta petite fille, ton boulot, tu peux pas être parfaite ou infaillible mais dans tous les cas tu fais bien.

  8. Courage à toi, ne baisse pas les bras… ta classe ne t’a pas aidé, ta inspection était au mauvais moment. et si tu es soutenu par ton chef d’établissement, c’est que tu as des qualités pour enseigner sinon il t’aurai lâché depuis longtemps.
    bon courage et accroche toi, crois en toi

  9. Tu sais les inspecteurs sont d’anciens enseignants qui n’ont pas eu de vrais élèves depuis bien longtemps et qui sont plutôt déconnectés de la réalité quotidienne de l’enseignement. Il y a des jours où tout se passe bien et d’autres où tout va mal, on le sait tous. Est-ce que tu avais dit à tes élèves ce qui allait se passer, savaient-ils que c’était important pour toi ? Ce que l’inspecteur veut est un cours parfait (ce qui n’existe pas car on gère à la minute tout ce qui peut arriver pendant un cours…) selon un modèle bien précis. Quand j’étais inspectée, je briefais mes élèves avant pour qu’ils ne soient pas surpris et qu’ils jouent le jeu, même si le cours du jour de l’inspection était bien loin de ce qui se passait d’habitude ! Ne t’en fais pas, tu es une bonne prof, le fait même que ça te tracasse autant le montre bien ! Bisous.

  10. moi aussi je me suis fait démolir pendant ma première inspection, ca ne m a pas gênée pour etre validée après. il va falloir que tu écoutes les conseils de tous tes supérieurs et que tu leurs montre que tu fais ce que tu peux pour lesappliquer. je suis inspectable cette année et je n ai pas l intention de me casser la tête comme j ai pu le faire auparavant! je sais ce que je vaux. je sais que mon travail n est pas parfait mais ce n est que ma 7eme année et la eme ds ce niveau.
    garde confiance et crois en toi…. et essaie de brosser ce beau monde dans le sens du poil ; )

  11. Très chère Kiara,
    Depuis le temps que je te lis (sans toutefois commenter à chaque fois), je constate que tu es passionnée par ton métier, celui que tu as choisi ! Certes, on doit sans cesse se remettre en question car on est confronté chaque jour à des situations différentes, à des personnes différentes et c’est ce que tu as fait, ce que tu fais chaque jour ! Ne te laisse pas impressionner par des « inspecteurs/conseilleurs » qui ne sont pas toujours au fait de ce qui se passe réellement dans une classe, un établissement ; qui, parfois même, n’ont pas ou peu enseigné, qui ne connaissent que la théorie, qui ne font qu’appliquer des règles, des notes ! Je suis exaspérée par ces inspecteurs/inspectrices qui « démolissent » un(e) enseignant(e) alors même que leur rôle devrait être, avant tout, un soutien indéfectible tout au long d’une carrière ! Comment des enseignants peuvent-ils mener leurs élèves vers le meilleur qu’ils puissent si leur propre hiérarchie (système) n’applique pas elle-même cette relation essentielle basée sur la confiance, l’envie de réussir, le soutien permanent ? Comment les enseignant(e)s peuvent-ils croire en ce qu’ils font si, au-dessus, on ne leur donne pas les moyens de réussir ? Je suis effarée par les commentaires que j’ai pu lire car je m’aperçois que la formation que vous semblez recevoir ne vient qu’à posteriori !
    Je ne peux te dire que « CROIS EN TOI » ! Si tu as fait ce choix de métier (pas l’un des plus faciles), c’est que tu avais l’envie de transmettre, d’aider, d’amener chacun sur la route du savoir, de la connaissance, de la culture !!! J’ai eu des profs sensationnels dans ma vie, d’autres moins bien mais c’est grâce à eux que je suis à ma place aujourd’hui ! Je ne suis pas enseignante mais, entre autres, formatrice pour adultes. Certes ce n’est pas tout à fait le même métier et j’ai, sans doute, plus de liberté dans ma façon de transmettre mais je m’appuie sur ce qui m’a été, auparavant, transmis par mes profs !
    Garde le courage, l’envie et la passion et dis toi que les enfants que tu accompagnes ont besoin de TOI !
    Je t’embrasse ma belle !!!

  12. Bises réconfortantes !
    Je sais que tu vas y arriver !
    Les inspections sont malheureusement souvent cassantes et nous sommes jugés sur un court moment où beaucoup de choses peuvent se passer.

  13. Je viens de voir « Les Héritiers »…et sincèrement, il en faut du courage et de la motivation pour faire ce métier là !!!!!!!!!!!
    Visiblement tu es faite pour ça, il n’y a pas de raisons que ça change.
    Courage !
    (une ancienne blogueuse qui te suit toujours)

  14. Te connaissant, comme ça va te faire cogiter, ça va t’aider à trouver différentes idées en fonction des différentes classes que tu peux avoir et, à la prochaine inspection, tu seras parée à toutes éventualités ! Et comme ton chef d’établissement est rassurant quant à ta validation en attendant, on a qu’à dire que c’est un coup pour rien, pour progresser… ♥
    C’est souvent les inspections ?
    Gros poutous ma biquette ♥

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s