Etre prof·Humour·Perles du travail

Etre prof : La complicité par le rire

Le mercredi après-midi, entre 13h et 17h, j’ai quatre heures de cours à la suite : mes deux classes de 1ère en demi-groupes. Généralement, la dernière heure, je suis un peu HS.

En ce moment, on travaille sur un extrait de la Princesse de Clèves. Le passage où la mère de l’héroïne, sur son lit de mort, fait ses dernières recommandations à sa fille. La jeune femme de seize ans, mariée à un homme qu’elle respecte mais n’aime pas, a un coup de foudre réciproque pour le duc de Nemours. Sa mère la met en garde et lui conseille de quitter la Cour, de s’isoler, seul moyen de maîtriser ses sentiments et de ne pas céder à la passion, de ne pas succomber pour préserver sa vertu et sa réputation.

Comme les élèves avaient du mal à comprendre (il y a un fossé gigantesque entre une jeune femme de seize ans du XVIIème siècle et de jeunes hommes du même âge au XXIème siècle), j’ai décidé de transposer.

– Imaginez que vous êtes Mme de Clèves. M. de Nemours, c’est un immense placard qui renferme tous vos gâteaux préférés. Il est là, tout près de vous, vous êtes tentés, c’est normal. La seule solution, pour ne pas succomber, pour préserver votre ligne ou votre santé, c’est de fuir, de vous isoler. C’est ce que Mme de Chartres demande à sa fille : en s’isolant, elle s’éloigne de la tentation.

Nous poursuivons le cours, mon « placard à gâteaux » m’est bien utile. Ils comprennent que l’ouvrir pour y prendre un paquet, c’est se soumettre à sa passion, à son cœur et à son corps.

Un élève me demande alors pendant combien de temps Mme de Clèves doit garder son placard fermé.

– Si elle ne veut pas succomber, elle ne doit jamais s’en approcher. C’est très dur ce que Mme de Chartres demande à sa fille. Vous imaginez, à seize ans, elle doit renoncer à toute vie sociale.

– Han, elle a seize ans! baille Guilhem qui vient de se réveiller.

– Ah ouais? Je croyais qu’elle avait dix-sept ans! reprend son voisin.

– Oh, mais c’est pareil, hein, seize, dix-sept…

– Ah non, madame, un an c’est énorme! En un an, les gâteaux, ils vont périmer! s’exclame Eliott.

Et là, je ne sais comment, la conversation est partie en live… J’ai pensé à voix haute : je me suis entendue leur dire que si leurs gâteaux étaient périmés à dix-sept ans, les miens ne devaient plus être très frais…

Ils ont éclaté de rire. Me rendant compte de l’énormité de ce que je venais de dire (quand même, leur parler de mon placard à gâteaux…), je ne peux m’empêcher de rire et nous voilà partis pour quelques longues minutes de fou-rire. Nous avons réussi à nous calmer jusqu’à ce que Guilhem, sérieux, nous demande :

– Mais, heu, pourquoi vous riez?

Et c’est reparti pour un tour…

Heureusement, après ce cours, c’était la fin de la journée. Je croise mon collègue d’histoire géo en sortant de classe qui me dit nous avoir entendu rire à travers la cloison.

En nous rendant à la salle des profs, je lui en explique la cause. Et là, entre deux secousses de rire, il me sort :

– Han, tu me donnes faim avec tes gâteaux, là…

– Ah, oui, je me ferais bien un petit écolier, moi!, dis-je dans un soupir.

– Mais, quelle perverse cette madame Kiara! Tu veux te faire petit écolier de dix-sept ans?

Fou-rire à nouveau. Fin de la journée. Il était temps…

*

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans… et quand on en a trente et un?

Petits écoliers

Publicités

16 réflexions au sujet de « Etre prof : La complicité par le rire »

  1. Et bien j’avoue que je veux bien avoir de nouveau 17 ans et participer à tes cours !!! Je crois que mine de rien, tu apportes un attrait supplémentaire à tes élèves ! Aujourd’hui, on a un réel fossé entre ce que moi (bien plus vieille hein) j’apprenais et ce que les enfants aujourd’hui sont capables d’apprendre et surtout de comprendre !
    Cadette est rentrée hier en me demandant l’autorisation d’aller avec sa « popine » à la médiathèque pour récupérer La Parure de Maupassant ! J’étais scotchée, mais leur prof a elle aussi trouvé visiblement une méthode infaillible pour les faire venir à la Littérature !
    Bon Point pour toi et merci pour ce sourire matinal 😉

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s