Et tu ne culpabilises pas trop?

Quand Bichette était un tout petit bébé, on me répétait que je devrais la confier, m’en séparer de temps en temps, pour m’habituer, nous habituer. Je n’en avais pas besoin, j’étais en congé maternel puis congé parental, où j’allais elle me suivait. On me disait que quand même, il faut apprendre à laisser son enfant, sinon ni elle ni moi n’arriverons jamais à accepter la séparation ce sera dur quand je reprendrai le travail, etc.

Dessin réalisé par Annette : https://annettepoilsauxgambettes.wordpress.com
Dessin réalisé par Annette 

Et pourtant…

La première fois que je l’ai laissée, toute une journée, au Conquérant, pour passer la journée avec les Breizhblogueuses, on m’a demandé : « Ça va, tu ne culpabilises pas trop? »

La première fois que je l’ai laissée, quelques heures, à ma voisine, pour aller travailler avec ma remplaçante, on m’a demandé : « Ça va, tu ne culpabilises pas trop? »

La première fois que je l’ai laissée, tout un après-midi, à une amie, pour travailler, on m’a demandé : « Ça va, tu ne culpabilises pas trop? »

La première fois que je l’ai laissée, pour son adaptation, chez l’assistante maternelle, on m’a demandé : « Ça va, tu ne culpabilises pas trop? »

La première fois (lundi) que je laisserai ma fille toute la journée chez l’assistante maternelle, on va me demander : « Ça va, tu ne culpabilises pas trop? »

Non, je n’ai jamais culpabilisé. Lundi, je ne culpabiliserai pas. Est-ce que cela fait de moi une mère indigne? Une mauvaise maman? Une mère sans cœur? Est-ce que je dois faire semblant de culpabiliser?

J’ai toujours expliqué à ma fille pourquoi je la laissais et je n’ai jamais douté qu’on s’occuperait bien d’elle. J’ai toujours fait confiance aux personnes à qui je la laissais et je partais en sachant que ma fille était bien.

J’ai besoin de retravailler et je l’ai expliqué à Bichette. Je suis heureuse de reprendre le travail et elle le sent : je suis sereine, elle aussi! Je la confie à une femme qui connaît son travail et qui le fait par amour des enfants. Quand je la dépose, elle sait que je reviendrai la chercher, elle ne pleure pas. Elle commence à vivre sa vie sans moi, à se faire ses propres souvenirs. Et moi, je reprends ma vie de prof, sans oublier que je suis aussi une maman maintenant. J’associe mes deux vies…

Je ne culpabilise pas. Mais comme on me pose à chaque fois la question, je me demande si je ne devrais pas culpabiliser de ne pas culpabiliser…

Est-ce qu’on demande au Conquérant s’il a culpabilisé de reprendre le travail alors que sa fille n’était qu’un minuscule bébé? Est-ce qu’on lui demande s’il culpabilise quand il part le lundi matin et ne rentre que le vendredi? Est-ce qu’on lui demande s’il culpabilise quand il passe le weekend avec ses copains et qu’il nous laisse seules? Non, on ne le lui demande pas. Alors qu’il culpabilise. Quand elle était un tout petit bébé, il avait peur qu’elle ne se souvienne pas de lui après plusieurs jours d’absence. Quand il s’absente toute une semaine, qu’il est à des centaines de kilomètres, loin de nous, il culpabilise de devoir faire passer son travail avant sa famille. Il me téléphone, parle à sa fille qui est ravie de l’entendre, mais nous lui manquons.

Arrêtons de dire aux mamans qu’elles devraient culpabiliser de laisser leur enfant alors qu’on leur sert en même temps le discours inverse : « Mais il faut bien se séparer de son enfant un jour! » Il faudrait savoir!

Je suis une maman qui travaille et je ne culpabilise pas. Au contraire, je me sens même libre et légère. J’ai apprécié de vivre intensément les premiers mois de ma fille, mais être mère au foyer, c’est vraiment pas mon truc. Je suis heureuse de reprendre le travail mais après la séparation, je le suis encore plus de retrouver ma fille!

Je ne suis coupable de rien du tout (bon, ok, je veux bien reconnaître que la tablette de chocolat, c’est moi… mais chut) alors je ne vois pas pourquoi je devrais culpabiliser!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

20 commentaires

  1. Autant je peux demander si le bébé ne manque pas trop, autant la culpabilisation je n’y aurais pas pensé. Bonne rentrée !

    1. Ca m’a aussi surprise. Quant au manque… en fait, elle ne m’a jamais manqué. Je ne l’ai laissée que quelques heures à chaque fois et ça m’a plutôt fait du bien… mais j’étais heureuse de la retrouver! Là, je vais partir de 7h15 à 19h30 donc je pense qu’elle va me manquer!

      1. Oh oui ^^ Il y a une différence entre une demi-journée, voir 2h chez le coiffeur a une journée au boulot avec des coups de mou où tu penses à chez toi et ton bébé.
        Mais ça fera du bien aussi pour toi de vivre autre chose !

  2. Nan mais les gens sont débiles -_- j ai jamais compris ce « faut la laisser » et encore moins le  » et ca va tu culpabilises pas? » (meme si j y ai pas droit puisque je suis maman au foyer) (moi on me demande si je tiens le coup parce que je suis fusionnelle, mais en fait une fois les enfants laissés, ca va, j’suis contente! ) j’ ai du mal aussi avec le fait que les questions soient uniquement pour la mère alors que le père peut aussi s en vouloir (ou pas!). On a tendance à oublier qu’un bébé à deux parents!
    Le principal c est que tu aies confiance en la personne a qui tu la laisses, que tu sois heureuse de reprendre le travail! Ne culpabilise de rien, tu fais ce qu il y a de mieux pour ton épanouissement et le sien!
    Plein de bisous

  3. Moi c’est quand j’ai repris le travail tout le monde au boulot : alors ça va c’est pas trop dur ? et moi je répondais vite fait car en fait non ça allait je m’attendais à me sentir très mal et en fait non, bien sûr je suis contente de retrouver hulkette le soir, ça me peine un peu de penser à out ce que je loupe chaque jour avec elle, mais dans la journée je n’y pense pas je me concentre sur le boulot, et ça fait du bien en fait de pouvoir être autre chose qu’une maman.
    Je te passe les détails sur ma mère qui me faisait le décompte de mes jours restant de congé mater en me disant chaque fois que je la voyais: « oh bah ça va être dur dans … jours de reprendre » et qui disait a Hulkette « ah bah oui maman elle va te laisser hein … » qu’est-ce qu’elle m’enervais.
    Courage pour ta reprise, et pour le chocolat promis je te balancerait pas 😉

  4. Culpabiliser de mener une vie normale pour toutes les deux, en voila une idée ! Ce qui compte avant tout c’est la confiance qui doit vous lier . Tu as expliqué à ta fille, elle est sûre que tu vas revenir la chercher : c’est la seule chose qui importe ! Laisse dire…. Belle journée Bisous

  5. La culpabilité, je crois c’est ce qu’on apprend en premier quand on devient maman, et même avant la naissance. Et il y a en effet quelque chose de culturel et d’injuste dans le fait de faire porter cette culpabilité seulement sur la maman. C’est vrai que l’on ne demande jamais aux papas s’ils culpabilisent d’aller au travail ou de laisser leurs enfants, quelle que soit la raison. Un employeur durant un entretien d’embauche ne demande jamais si la garde des enfants posera un problème, on ne propose jamais aux hommes d’aménager leurs emplois du temps professionnels, et dans tous les reportages sur l’égalité homme-femme au travail on ne parle que de la problématique des seules FEMMES à concilier travail et enfants. Bon sang il y a encore du chemin à faire!

  6. Merci pour ce beau billet sur la culpabilisation des mères – ou non !
    Je vais le partager sur Egali-mère, La Page parce qu’on parle bien souvent de la culpabilité des mères mais rarement de celle des pères, ce que tu abordes si bien.
    Bonne reprise !!!!

  7. J’ai vécu la même chose que toi , j’ai repris le travail quand il a eu un an et j’étais ravie ! Je ne l’avais jamais laissé avant ( à personne ) , à part 2/3 demi-journées à sa mamie ! J’avais besoin de retravailler , je n’en pouvais plus de rester à la maison …mais mon fils a vécu ça comme un abandon , il a arrêté de dormir la nuit , hurlait dès que je m’éloignais de son lit …ça a été très dur et j’ai culpabilisé !
    Ta bichette est bien préparée et tout se déroule parfaitement pour vous …tu n’as pas à culpabiliser

  8. Ah les gens ont le don de poser toujours les questions qui appuient là où ça fait mal…on en fini par se demander si on devrait culpabiliser! Et effectivement on ne poserait pas ce genre de questions à un papa!

  9. Moi aussi j’ai laissé « facilement » mon Crapiot, sans remord. Bon pas au premier clampin venu mais tu vois ce que je veux dire quoi. J’étais assez contente de reprendre le boulot, surtout que ni la grossesse, ni l’accouchement, ni les premiers mois n’avaient été difficiles donc j’avais la forme.
    Comme toi, j’étais contente de le revoir, mais contente aussi de faire d’autres choses à côté.
    De toute façon quand tu deviens mère, t’as l’impression que tu devrais toujours t’en vouloir d’un truc. Dans la mesure où tu communiques avec ton gamin et que tu ne fais pas les choses à contre-coeur, ça se passe bien et PUTAIN personne a son mot à dire !!!

  10. D’ailleurs est-ce qu’on demandera à ta fille si elle culpabilise quand elle partira en colo, en cours ou quand elle quittera le nid ? J’ai comme un doute !

  11. Pourquoi culpabiliser? C’est dans l’ordre des choses aussi. Et celui lui apprendra une certaine indépendance qui lui apportera beaucoup 🙂
    Bon courage pour la reprise!

  12. Tu as raison, ne pas culpabiliser ! nous savons faire la part des choses de toute façon nous mamans. Je suis toujours partie confiante au travail lorsque je laissais ma fille aînée à ses nounous.
    Bon weekend et très bonne fête des mamans..
    @nnie

  13. voilà une question qu’on ne m’a jamais posée! (on m’aura au moins épargné ça! 🙂 ) mais souvent, quand je lis notamment des blogs de maman… je me dis que je ne dois pas être normale… je n’ai jamais culpabilisé de les laisser… je ne suis pas triste quand je les laisse… parfois, je culpabiliserait presque de ne pas culpabiliser… presque seulement. En réalité, je dois l’avouer, je ne comprends pas toutes les mamans qui culpabilisent. Je ne juge pas… simplement je ne comprends pas. ça me dépasse. Je vais être mauvaise langue (je suis une carne après tout)… mais je crois que souvent certaines disent ça pour se donner bonne conscience. Bonne conscience de quoi?? enfin bref… la culpabilité ne passe pas par moi. 🙂

  14. Moi je suis tjs ds l’ambivalence….
    Ils me manquent & je voudrais être davantage avec mon fils de 1 an.
    Ma fille a 3.5 ans. Après 3 ans de vie en Inde, elle allait en preschool & était gardée par ma maid. Cependant, j’étais plus dispo.
    Je culpabilise surtout par mon manque de disponibilité en fin de compte.

  15. complètement d’accord avec toi 🙂 j’espère que le rythme de la reprise n’est pas trop dur par contre… courage pour tout cumuler ! je pense bien à vous ❤ des bisous

  16. « la séparation » est tellement un gros morceau que les théories sont foisonnantes… On doit faire ceci et pas cela et l’inverse et autrement, et pas comme ça et encore moins de cette façon…
    Môm est puéricultrice (je te l’ai déjà dit, non ?) et elle s’en tamponne le coquillard de ces « nouvelles » masturbations psychologiques à la con… La séparation n’est pas un souci si elle est consentie, naturelle et expliquée… Tout ce qui transparaît dans ce que tu écris. Alors on s’en fout des autres 🙂

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s