Etre prof : remplir les bulletins de note

Lorsque j’ai débuté dans le métier de prof, j’ai découvert toute la partie administrative de notre travail dont le remplissage des bulletins scolaires.

La première fois que j’ai dû m’atteler à cette tâche, je faisais un remplacement de 3 mois dans un collège, en fin d’année scolaire. L’administration m’a donné un identifiant et un mot de passe et j’avais quelques jours pour remplir des cases blanches sur un logiciel. Je me suis installée bien confortablement, chez moi, devant mon ordinateur et j’ai commencé. Ou plutôt, j’ai essayé de commencer. J’ai regardé le nom des élèves, me suis remémoré les semaines écoulées, ai réfléchi à ce que je pouvais mettre, ai tenté de formuler une appréciation complète, mêlant bilan du trimestre, points positifs de l’élève, points à améliorer, etc. Mais je me suis heurtée à un nombre de caractères limité.

Le lendemain, je demandais conseil à mes collègues. Certains, comme le prof d’arts plastiques, voient passer tous les élèves du collège. Il se contentait donc de « très bien », « bon travail », « excellent trimestre », « manque de travail », « doit cesser de bavarder en classe ». D’autres essayaient d’être plus complets et le logiciel les limitant, ils simplifiaient au maximum. On m’a donné des conseils, plus ou moins intelligents… Bref, débrouille-toi avec ça!

J’ai fait de mon mieux pour essayer de faire rentrer tout un trimestre en quelques caractères. C’est ce que je fais toujours. Je me triture l’esprit pour essayer d’être claire et succincte. Pas facile du tout. Et très frustrant! En fait, le bulletin de note, c’est un genre de liste de twitts de profs à propos d’une même personne.

*

Pour les Vendredis Intellos, j’ai lu et critiqué cette chronique d’Emmanuel Davidenkoff publiée dans L’Écho républicain intitulée Le bulletin, symbole des attentes de l’institution scolaire que j’ai lue avec intérêt sur le site EducPros.fr (un site de l’Etudiant). Mon billet est à retrouver ici si vous le souhaitez.

Cette chronique tend à prouver que le bulletin de notes est un outil dépassé et pas du tout dans l’intérêt de l’élève. Après l’avoir lu, je me pose de nombreuses questions : Faut-il supprimer le bulletin de notes? Faut-il prévoir des cases plus grandes? Faut-il guider les profs comme le font certains établissements (Points positifs, points à améliorer, encouragements, etc.)?

*

Les cases des bulletins sont bien trop petites : comment « dire à l’élève ce qu’il fait et ce qu’il doit faire et privilégier les appréciations de nature à l’encourager pour que le bulletin trimestriel remplisse réellement son rôle éducatif » (circulaire de l’Education nationale de 1999) en deux lignes?

Je pense qu’il faut réformer ce bulletin, soit en agrandissant les cases (et encore, serait-ce suffisant?) ou en faisant plusieurs cases par matière comme le font déjà certains établissements scolaires (une case « acquis », une autre « à acquérir », une dernière avec les encouragements)? Peut-être en faisant plusieurs bulletins, pas seulement les trois habituels, mais, comme dans certains collèges et lycées, des bulletins de mi-trimestre.

Le problème du bulletin, c’est aussi qu’il arrive dans les familles dans une enveloppe, sans aucune explication. On a tous attendu avec plus ou moins d’angoisse le moment où nos parents nous diraient : « J’ai reçu ton bulletin aujourd’hui! » En conseil de classe, on fait un bilan entre professeurs, mais ni l’élève ni les parents ne sont présents donc lorsqu’ils reçoivent le document, ils peuvent ne pas comprendre ou mal interpréter (comme lorsque l’on reçoit un sms, le sens peut paraître obscur). Faut-il faire comme dans le lycée où je travaillais l’an dernier (où une réunion entre les parents et les professeur était organisée deux fois dans l’année, à la fin des 1ers et 2èmes trimestres : à leur arrivée, les parents recevaient le fameux bulletin et allaient voir certains professeurs qui leur expliquaient les quelques mots)?

Je ne sais pas ce qu’il faut faire de ce bulletin et comment l’améliorer (surtout que mes propositions comportent toutes une charge de travail administratif supplémentaire). Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut trouver des pistes car c’est aujourd’hui un document totalement dépassé.

*

Vous qui avez été élèves, qui êtes peut-être parents aujourd’hui ou qui le serez, qui êtes profs, avez-vous des idées?

*

La Belle Bleue
La Belle Bleue

*

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

11 commentaires

  1. Vaste sujet. Effectivement, ce n’est pas toujours évident à remplir, un bulletin. Le nombre limité de caractères est parfois un frein. Mais, personnellement, je ne me vois pas remplir les fameuses trois cases « acquis » « à acquérir » « encouragement » parce qu’il est parfois difficile d’avoir une vision aussi claire d’un élève (notamment à la fin du premier trimestre). Et puis, à mon sens, la fiche récapitulative des compétences est là pour ça.
    Dans notre établissement, on fait des relevés de mi-trimestre et on donne les bulletins aux parents qui viennent à la réunion parents-professeur ce qui permet de faire un bilan de vive voix. J’ai travaillé dans un collège où les élèves de 3e passaient un par un à leur conseil de classe. Je trouvais que ça les impliquait plus (mais bon, le conseil dure approximativement trois heures dans ce cas).

  2. je suis d’accord avec toi, c’est un exercice bien difficile. Chez nous, on rencontre les parents à la fin des trimestres 1 et 2, ça permet de faire le point oralement, et surtout d’échanger.

  3. je n’ai pas d’idée, mais je me souviens de cette angoisse de l’enveloppe blanche posée sur la table quand je rentrais, à la fin de chaque trimestre. Je sais m’être souvent dit que les appréciations étaient souvent réductrices. Mais je n’ai aucune idée de comment faire…

  4. Dans les derniers établissements où j’ai travaillé des réunions parents-profs étaient régulièrement organisées, mais comme toujours dans ces cas-là on n’avait le plus souvent à faire qu’aux parents de bons élèves pour lesquels il n’y avait rien à dire et qui venaient pour le plaisir de d’entendre des louanges sur leurs chères têtes blondes. Concernant les bulletins j’ai moi aussi toujours trouvé les cases incroyablement petites, surtout pour moi qui suis bavarde, et surtout si l’on veut appliquer les consignes de l’EN. C’est vrai qu’un simple bulletin c’est très souvent insuffisant pour dire tout ce qu’il y a à dire et cela contribue parfois à cataloguer, mal en général, un élève. Dans le dernier collège où j’ai travaillé nous avions un bulletin de notes mensuel en plus du trimestriel, mais l’un comme l’autre étaient bien formatés et devant tenir sur une feuille A4, forcément ça limite…
    Bref c’est comme Tweeter, on est limité, c’est pas pour nous… Bon reste le carnet de liaison où on peut s’épancher si besoin…. mais pour certains ce sont les pages qui ne seraient pas assez nombreuses.

  5. Le bulletin de notes est resté tout un symbole chez moi. J’ai conservé certains de ma dernière en souvenirs pour elle. A mon époque, je me rappelle qu’en 6è tous les trimestres, la directrice de l’époque (et que je côtoie encore aujourd’hui…mais pas dans le cadre de l’école mais du travail) venait avec un dossier dans chaque classe pour nous parler de notre travail avec les notes. On était encouragé sur nos lacunes et nous pouvions compter sur les profs pour nous guider. Et le maître mot était « travail ». Le bulletin était envoyé ensuite aux parents. Nous flippions tu penses bien si nous n’avions pas travaillé comme il fallait. Je me doute que pour les professeurs qui s’attèlent à cette tâche vu le nombre d’élèves qu’ils ont n’est pas facile. Le bulletin pour moi doit rester, sûrement amélioré c’est sûr.
    @nnie

  6. Je suis prof en collège. Je m’oblige à noter 3 « rubriques »: sur l’ensemble du trimestre; une constatation positive; un conseil pour améliorer un point ou un autre. Mais quand je reçois les parents, ils ne me parlent pas des appréciations, ce qui les intéresse c’est la moyenne générale. Ainsi ne comprennent-ils pas qu’on fasse une critique alors que le gamin à 12 de moyenne.
    Tes propositions vont dans le sens de ce qui sera notre futur: des validations de compétences et là, parles-en à tes collègues, tu verras que ça soulève des tollés!
    Au-delà de ce problème, il y a celui de l’absence de remplissage (voir sur mon blog le dernier billet).

  7. Et tu imagines une case par trimestre pour toutes les matières confondues en élémentaire…. L’appréciation c’est la quintessence de la synthèse ultime !

  8. Ce billet me renvoie à mon passé, où les parents regardaient bien plus les notes que l’appréciation, qui souvent se limitait à une phrase très vague ou quelques mots attachés les uns à la suite des autres. Rares étaient les profs qui se donnaient encore la peine de personnaliser leurs commentaires, voire de faire l’effort d’écrire très petit pour caser un maximum de conseils ou d’informations.

  9. Ah, les bulletins scolaires. Je ne suis pas prof mais j’ai été élève, à l’époque, si je m’en souviens bien, les bulletins scolaires étaient remplis à la main. Donc les profs pouvaient écrire beaucoup s’ils pouvaient écrire petit…
    Sinon, j’étais en train d’imaginer un site web officiel où chaque école serait répertorié dedans et chaque élève a un identifiant pour s’y connecter et consulter les mots de ses professeurs. Z’en pensez quoi les profs? x)

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s