Depuis quelques temps (jours, semaines, mois… j’ai perdu la notion du temps), on voit fleurir dans les médias et sur la toile, cette expression, la « théorie du genre« . Mardi, le Ministre de l’éducation Nationale, Vincent Peillon a même dû intervenir pour rassurer les parents qui pensaient que la « théorie du genre » serait enseignée à l’école.

Si vous n’avez pas suivi ou rien compris à cette histoire, laissez-moi vous expliquer (en plus j’ai mis plein d’images).

D’après ce que j’ai compris, cela fait plusieurs années (et surtout depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 2012) que l’idée de la « théorie du genre » se répand en France. Quand le mariage homosexuel a été adopté en 2013, ça a été la goutte d’eau. Récemment, une ancienne militante de la Marche des Beurs dans les années 80, aujourd’hui proche de l’extrême droite (Farida Belghoul, proche du négationniste Alain Soral, dont on a beaucoup entendu parler pendant « l’affaire Dieudonné ») a lancé un appel au boycott des classes un jour par mois.

Une rumeur, lancée récemment, s’est rapidement répandue : on chercherait à gommer les différences sexuelles entre hommes et femmes.

D’habitude, pour préserver ma santé mentale, je ne regarde pas le journal télé, je lis les infos dans les journaux, sur Internet et je ne vais surtout pas regarder les commentaires. D’habitude. Là, je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai sans doute voulu me faire du mal et j’ai écouté les micro-trottoir et lu les commentaires. Je le regrette. Je ne le ferai plus, promis.

J’ai été choquée par tant de crédulité (on va enseigner la masturbation à l’école dès 5 ans), par tant d’imbécillité humaine (« si y a une rumeur qui circule c’est passke c’est vrai ») par tant de manque de jugement et d’esprit critique.

Bon, alors toi qui n’a rien compris à l’affaire, laisse-moi t’expliquer.

Déjà, le genre, c’est pas le sexe. C’est différent. On naît mâle ou femelle, c’est ainsi. Un garçon a un zizi et des testicules, une fille a une vulve, un vagin, un utérus et des ovaires (souviens-toi, lecteur, je t’avais fait une leçon d’anatomie). Le Conquérant et moi avons fait de beaux dessins, pour que ce soit plus clair : 

Sexes féminin masculin

On ne peut pas gommer les différences sexuelles entre hommes et femmes. C’est impossible (à moins d’offrir une chirurgie à tous les français, créant un être androgyne ou hermaphrodite).

Affiche de la Manif pour tous
Affiche de la Manif pour tous

Le genre n’a rien à voir avec le sexe. Ce dernier est biologique alors que le genre est social. Pour être plus claire, le sexe est inné, alors que le genre se construit dans la société, la politique, la culture (la répartition des rôles homme-femme, les fonctions, les pouvoirs, etc.).

Le but du gouvernement, avec la loi sur l’égalité hommes-femmes visait à lutter dès le plus jeune âge contre les clichés garçons-filles pour promouvoir l’égalité hommes-femmes.

ABCD de l'égalité
http://www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite/accueil.html

Les clichés, on les a tous entendus : « les filles portent du rose, les garçons du bleu », « les filles aiment jouer à la poupée, à la maman, à faire la cuisine », « les garçons ça ne pleure pas », « les garçons, c’est turbulent, les filles sont plus calmes », « les femmes sont capables de faire plusieurs choses en même temps contrairement aux hommes », ‘les femmes ne savent pas lire une carte », « les hommes ont le sens de l’orientation », « les femmes n’aiment pas le foot », etc.

Affiche de la manif pour tous. Personnellement, je la trouve ratée... oui, la petite fille est en bleu!
Affiche de la manif pour tous. Personnellement, je la trouve ratée… oui, la petite fille est en bleu!

Laissez-moi vous montrer que c’est faux. *Je sais lire une carte, j’ai le sens de l’orientation, contrairement au Conquérant qui est perdu sans son GPS (et qui est capable de passer quinze fois au même endroit sans s’en apercevoir). *Mon frère a toujours aimé faire la cuisine, il en a même fait son métier. *Le Conquérant fait le ménage, la vaisselle, la cuisine (et heureusement parce que moi, j’ai horreur de ça). *On regarde le foot ensemble (le rugby aussi), une bière à la main et une pizza (maison) dans l’assiette. *Ma nièce adore jouer aux petites voitures (d’ailleurs, pour ses 3 ans, elle a hurlé de joie en ouvrant un paquet contenant des voitures alors que mon neveu s’est rapidement emparé du cheval Barbie qu’elle avait aussi reçu). *Mon neveu adore le rose et son tee-shirt de cette couleur (et il a bien raison, ça lui va parfaitement au teint). *Ma fille porte du bleu, elle est adorable dans son jogging gris et rouge avec ses petites baskets noires (n’en déplaise à la petite vieille chez le médecin qui a trouvé mon « petit garçon » adorable). On lui a même acheté un ballon de foot.

Pour certaines personnes, nous sommes des extra-terrestres parce que nous ne nous comportons pas comme notre sexe nous l’impose. Que va-t-il se passer? Mes ovaires vont-ils descendre et se transformer en testicules? Mes seins vont-ils rétrécir? Les testicules de mon Conquérant vont-ils remonter et devenir ovaires? Son pénis va-t-il disparaître? Non, rien de tout ça. Mais nous allons brûler en enfer.

En plus, nous sommes de mauvais parents parce qu’on ne conditionne pas notre fille. Et je suis une mauvaise prof parce que je dis à mes élèves qu’ils sont égaux, que filles et garçons, ils ont les mêmes droits…

Je leur explique, quand on travaille sur l’orientation, que toutes les portes sont ouvertes, les garçons peuvent devenir sage-femmes et les filles peintres en bâtiment ou chauffeur poids-lourds.

Dans quel but je me permets de faire ça? Pas juste pour embêter les réacs de la Manif pour tous, ou Farida Belghoul ou Christine Boutin. Mais parce que je crois en l’égalité des hommes et des femmes et pour cela, il faut lutter contre les stéréotypes de genre qui amènent le sexisme.

Parce que le sexisme, c’est un fléau pour les femmes. Elles sont réifiées (transformées en objets si vous préférez) dans les pubs et les clips, elles sont considérées comme inférieures aux hommes donc cela justifie la prostitution, les violences en tous genres (harcèlement, viol, violences conjugales), les salaires moins élevés, la précarité de leur emploi (surtout pendant la grossesse, le congé maternité, le congé parental), etc.

Je ne veux pas ça pour ma fille. Elle sera libre de faire du foot si elle le veut, d’être conducteur d’engins ou infirmière, d’épouser (ou non) qui elle voudra, de porter du rose ou du bleu.

*

 Notre sexe ne doit pas définir notre condition sociale.

*

On naît garçon ou fille mais on devient homme ou femme. On naît avec un sexe, mais pas avec un genre. On ne naît pas con, mais on peut le devenir. Et ça, malheureusement, ça a beaucoup à voir avec le milieu dans lequel on grandit… Alors quand je vois le nombre d’enfants que leurs parents ont traînés dans les « Manifs pour tous », j’ai peur pour eux…

*

A lire aussi, les billets de mes copines profs des écoles :

AgoayeDe la connerie de masse.

The Book Of MumQuel « genre » d’Ecole pour nos enfants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !