Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem

Madame la Ministre du Droit des Femmes,

je me permets de vous écrire cette lettre que vous ne lirez sans doute jamais, comme toutes celles que je relaie en fin de billet, (même si ce serait dommage de passer à côté de de l’avis de femmes, justement) mais j’avais envie (besoin, même), de vous dire le fond de ma pensée.

Je vais commencer par me présenter, ce sera plus simple pour comprendre mon propos. Je m’appelle Kiara, j’ai 30 ans, je vis en couple et je suis maman depuis août dernier. Je suis prof de français et après cinq années de galère dans l’enfer des suppléances (vacataire, contractuelle, etc.) j’ai enfin obtenu le précieux concours qui va faire de moi un prof titulaire de son poste!

J’ai toujours travaillé dur, passé des soirées voire des weekends à préparer mes cours, corriger des copies, organiser des projets pédagogiques. J’aime mon métier et je me suis toujours donnée à fond, même pendant ma grossesse. Alors, naturellement, quand j’ai été admise au concours, je ne m’imaginais pas rester à la maison pour m’occuper de mon bébé. J’avais peur de m’ennuyer, de perdre toute vie sociale, de devenir gâteuse ou obsédée de la poussière. Pour moi, la maternité n’allait rien changer à ma vie, je me voyais travailler et élever ma fille, continuer à vivre à 100 à l’heure.

Maintenant que vous me connaissez mieux, Madame la Ministre, je vais vous expliquer pourquoi votre projet de loi fait fausse route. Bien sûr, le chômage des femmes est préoccupant, tout autant que la place des femmes dans le monde du travail après une grossesse et un congé maternité (pire après un congé parental). Vous proposer de taxer les mères au foyer (ou les parents au foyer car certains hommes ont aussi fait ce choix) et laissez entendre que les parents souhaitant rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants ne le font que par intérêt fiscal.  Ainsi, les hommes dont la femme ne travaillera pas paieront leurs impôts sur le revenus entièrement, adieu demi-part en moins.

Vous considérez donc que les femmes ne décident de rester à la maison que parce qu’elles n’ont pas le choix (comprendre : elles n’ont pas de travail). Que si elles avaient le choix, elles retourneraient travailler dès la fin de leur congé maternité. Je le pensais aussi, avant d’être mère. Et c’est faux. Je me suis trompée et vous vous trompez aussi.

Mon employeur (l’Etat) ne discrimine pas les femmes et leur permet de reprendre leur poste à leur retour. A la fin de mon congé maternité, mon travail m’attendait. Je vis dans une grande ville. Je pensais donc, naïvement, trouver facilement une place en crèche ou une assistante maternelle. Pendant ma grossesse, j’ai découvert des listes d’attente longues comme le bras, des lettres de refus, un désert de nounou, des horaires incompatibles, etc. Une semaine après la naissance de ma fille, je me mettais à nouveau en quête d’un mode de garde. C’était la rentrée scolaire, j’avais bon espoir. Mais je me suis rapidement rendue à l’évidence : avec un conjoint commercial, sur la route toute la semaine, des grands-parents encore actifs et à plus de 2h30 de route, un poste à 1h de chez moi, une année de stage très exigeante et des journées de formation, sans mode de garde, je n’avais pas le choix, je devais prendre un congé parental.

J’aurais dû reprendre le travail il y a un mois et demi. Alors oui, mon métier me manque. Mais je suis tellement heureuse de voir ma fille grandir. Je suis tellement épanouie : je peux continuer à l’allaiter, j’apprends à être maman, je la vois changer, s’éveiller, découvrir le monde un peu plus chaque jour. Je ne rate rien. Je lui consacre tout mon temps, je ne suis pas stressée. Moi qui craignais de devenir « femme au foyer », finalement, je redoute maintenant la reprise du travail dans quatre mois et demi. Il faudra que je laisse ma fille de 9 mois à une inconnue (j’ai fait une croix sur la crèche), quasiment tout mon salaire partira dans le transport pour me rendre à mon travail et dans la garde de ma fille, 60 à 65h par semaine, je ne la verrai plus que les weekends. Rien que d’y penser, ça me crève le cœur (d’ailleurs, je n’ai pas dormi de la nuit en songeant à ce qui nous attend). Mais je n’ai pas le choix, il faut bien que je valide mon concours, je ne peux pas repousser éternellement. Mon conjoint ne peut pas prendre de congé. Quitter son travail ne serait-ce que quelques semaines, ce serait prendre le risque de perdre son portefeuille clients et se retrouver sans emploi. Emploi très précieux en cette période de crise. Mais si notre situation professionnelle avait été inversée, il se serait arrêté et moi j’aurais travaillé (ce que j’aurais regretté car je n’aurais pas pu allaiter notre fille).

Si un jour nous avons un deuxième bébé, je m’arrêterai aussi. Je veux profiter de ses premiers mois comme je profite des premiers mois de ma fille. Ensuite, je ne reprendrai à travailler qu’à temps partiel. Parce que je pourrai faire ce choix : travailler et élever mes enfants. Y voyez-vous un intérêt fiscal? Aucun. Y voyez-vous un intérêt pour l’enfant? Moi, oui.

Avant, je pensais comme vous que les femmes au foyer n’avaient pas le choix, elles restaient à la maison parce qu’elles ne pouvaient pas travailler (chômage ou perte d’emploi suite à la maternité). Aujourd’hui, je considère qu’être mère (ou père) au foyer est un véritable choix et j’aimerais pouvoir le faire.

Votre projet de loi ôterait ce choix aux parents. Il forcerait des femmes (et des hommes) à retourner travailler (encore faudrait-il qu’il y ait du travail. Ne voyez-vous pas le taux de chômage élevé?) la mort dans l’âme, laisser leurs enfants à des inconnus (encore faut-il trouver un mode de garde, véritable parcours du combattant) pour aller gagner de l’argent dont elles ne verraient pas la couleur puisqu’il servirait à payer les frais de transport et de garde. Je vivrai cette situation dans quelques mois : pour le moment nous vivons à trois sur un salaire, mais dans quelques mois, tout mon salaire passera dans les frais de transport et de garde donc… nous vivrons aussi sur un salaire. Quel est le bénéfice dans l’affaire si en plus je ne vois plus ma fille? Aucun.

Vous êtes « Ministre du Droit des femmes« . Vous auriez dû être nommée Ministre de l’économie car dans votre projet, je ne vois qu’une mesure économique. Les caisses de l’Etat sont vides, il faut trouver un moyen de les remplir. Et si on taxait encore les ménages français?  On vous dit « femme de gauche et féministe« . Féministe? Etre féministe c’est lutter contre toute discrimination qui empêcherait la femme d’être libre de ses choix. Raté. Votre projet de loi imposerait aux femmes de travailler, même si elles ne le souhaitent pas. Ou est le choix? Quand les hommes et les femmes seront libres de faire leurs propres choix de carrière et de vie familiale, là, on sera dans une société égalitaire. Forcer des personnes à faire ce qu’elles ne souhaitent pas, ce n’est pas être pour le Droit des personnes, mais contre.

Madame la Ministre, ce n’est pas en vous attaquant au porte-monnaie des familles, en montant les femmes au foyer (qui profitent du système) contre les femmes qui travaillent (mauvaises mères qui n’élèvent pas leurs enfants) que vous allez résoudre le problème de l’égalité homme-femme.

Je n’ai pas la prétention de croire que ma lettre va vous faire réfléchir. Mais je vous invite à lire celles d’autres blogueuses qui, comme moi, pensent que vous faites une erreur.

Bien cordialement,

Kiara Papillon.

*

Ps : voici les liens dont je vous ai parlé :

1. Article de presse :

2. Lien vers le groupe facebook :

https://www.facebook.com/groups/petitionMAF/

3. Lien vers la pétition :

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/najat-vallaud-belkacem-ministre-des-droits-des-femmes-et-de-la-communication-mere-au-foyer-est-un-metier

4. Lien vers la marche virtuelle : 

https://docs.google.com/forms/d/1xb16an-VLMCH2cej1728LrpimZ8gtXVl2pWzcQ6DGbc/viewform?embedded=true

5. Lien vers le site « Parents au foyer » de Working Mama qui regroupe tous les billets des blogueurs et des témoignages d’anonymes :

http://www.parents-au-foyer.com/

Mère au foyer 2

Vivi Mam’s Blogue  : Moi, maman, je parle ouvertement à la ministre des droits des femmes

Cathy Ams MAF &  Je suis maman au foyer!

Juliette Conboudu  : Sanctionnée pour cause de maternité

Delph Dolce : Maf : Mère au foyer

Princesse Alea : Les femmes au foyer bientôt taxées

Malova VanouQuand les mères sont devenues ringardes

Blabla parce que les filles ne sont pas que des pipelette :Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem

Blandine Ricard : Je suis maman au foyer et je l’assume

So et ses lardons : Mère au foyer n’est pas une insulte

Chamallow Addict : Pas touche à la famille!

Kris L’instant – Madame la Ministre

Anna Etincelle : Mère au foyer, le plus beau métier du monde

Meso Kee : Libre de choisir

Fleur de thymJe suis mère au foyer, c’est mon métier et j’aime ce que je fais!

Maëline De la tribu de Maëline : Madame la Ministre, j’ai bien peur que vous vous trompiez

Maman Mammouth : J’étais maman au foyer et j’aurais aimé continuer

Papa Panique Pourquoi j’ai choisi de rester avec ma fille

Fannyfans Une bonne et une mauvaise nouvelle

Nad’In’BoxRentre dans le moule et tais-toi

MaonhaParent au foyer, un métier choisi par amour

Working Mama : Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem, ministre du droit des femmes

Chronique d’une mère au foyerLettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes

The Book of Mum : Mère au foyer vs mère qui bosse

Nature et moimon avis sur la question du projet de loi sur la taxation des familles dont la mère est au foyer

Graine de caillouQuand le pays des droits de l’homme enlève le droit de choisir aux parents au foyer

Bullabébé : Le droit de s’occuper de ses enfants

Isa Lise : Stigmatisation, précarisation du parent au foyer avec le projet de loi de Najat Vallaud-Belkacem ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

21 commentaires

  1. ah ben dis donc effectivement c’est du n’importe quoi! on gagne déjà moins à rester élever son enfant et faudrait être taxé en plus??? elle a fumé ou quoi votre ministre?

    1. Je ne sais pas ce qu’elle a fumé.Mais il faudrait lui rappeler qu’elle n’est pas ministre de l’économie. Et qu’en France on est assez saignés comme ça par toutes les taxes et impôts.
      En Belgique, vos ministres ont davantage les pieds sur terre?

  2. oui, tout est dit!
    Qu’y a t-il de plus beau Madame le Ministre pour une mère que d’élever son ou ses enfants, moi qui ai pu le faire, au détriment d’une future retraite au taux à peu près viable!!!
    Je ne comprends pas cette décision, les parents choisissent d’élever leurs enfants pour leur plus grand équilibre, recevoir une bonne éducation, prendre du temps pour eux n’est pas que du temps en moins travaillé sur nos retraites, je REVENDIQUE que d’être parent et de prendre ce temps est « UN MÉTIER à plein temps (ou à temps plein) et que du bonheur qu’il ne faut pas minimiser….
    Arrêtez de prendre de l’argent sur tout, où est l’égalité, la fraternité et surtout la Liberté, où son les valeurs de notre bonne vieille FRANCE???
    voilà pour moi mon C de G…
    Merci à toi ma fille de t’exprimer ainsi..
    je t’embrasse..Mamoune

    1. Hé bien, remontée la Mamoune!
      C’est vrai que j’avais oublié cet aspect : les retraites! Une femme qui ne travaille pas ne cotise pas pour la retraite.
      Élever ses enfants c’est prendre du temps pour eux. Si tu savais le nombre de parents qui me disent, quand je les contacte car il y a un souci avec leur enfant au collège ou au lycée : « Mais je n’ai pas le temps de vous rencontrer, Madame, je travaille, moi! » Malheureusement, beaucoup d’enfants n’ont pas la chance d’avoir du temps à partager avec leurs parents et tous les parents ne peuvent pas (par choix ou par obligation, je ne juge pas) consacrer suffisamment de temps à leurs enfants. Et Madame la ministre voudrait pénaliser ceux qui, comme toi, ont décidé de moins travailler, moins gagner d’argent, pour accompagner leurs enfants dans la vie, être près d’eux.
      Gros bisous Mamoune.

  3. c’est bien le souci, le gouvernement a besoin d’argent, il le prend un peu partout. Les malades aussi sont ponctionnés avec des médicaments importants non remboursés, alors qu’eux, ils ne peuvent plus travailler en raison de leur maladie. Je pense qu’une femme doit pouvoir choisir si elle reste à la maison pour élever son enfant ou non. Le gros problème aussi des maternités dans le privé, c’est que les femmes ne sont plus sûres de retrouver leur poste à leur retour. J’ai fait dans le passé beaucoup de remplacements de congés de maternité, et rendu le poste à leur retour : une forme de fonction sociale, car c’est important pour une femme de ne pas craindre aussi de perdre son emploi en faisant des enfants. Pour beaucoup hélas, c’est le radeau de survie en cas de dissension dans le couple.

    1. Malheureusement, beaucoup de femmes ne retrouvent pas leur poste après un congé maternité ou un congé parental. On les remplace le temps de leur absence puis on leur dit que leur poste est déjà pris quand elles reviennent car il a fallu former quelqu’un d’autre et que maintenant cette personne est plus à jour au niveau du poste, des connaissances. Comme si la maternité avait enlevé des neurones aux femmes! Je crois que c’est à cette inégalité là que la ministre devrait s’attaquer, pas à ma question des parents au foyer. Mais bon, économiquement, ça rapporterait moins…

  4. Voilà ce que c’est de vivre dans une grotte : je n’étais pas au courant de ce projet de loi…
    Franchement, je suis dégoutée, de plus en plus. Chaque jour dans la société me fait inexorablement me rapprocher du moment où je vais aller élever des chèvres dans une maison autonome ! Franchement !!

    1. On se rapproche de plus en plus d’un ras-le bol général. On est taxés de toutes parts, on nous ponds des lois hallucinantes. Les politiques sont à des années-lumières des préoccupations des Français, ils sont déconnectés de la réalité!
      Tant que tu ne te retires pas pour élever des enfants, ça va! 😉

  5. Je suis surprise encore de cette décision…j’ai tout lu et tu as bien raison ! Il leur faut bien trouver n’importe quoi pour ponctionner encore les ménages, les familles, les parents qui font un choix. Quand on décide de rester à la maison, c’est certainement bien pensé comme pour toi avec ta décision de prendre un congé parental. C’est une femme qui prend cette décision en plus ! c’est écoeurant ! mais je vais aller sur le net pour en savoir plus…
    Bien dit Kiara !
    @…

    1. Merci @nnie.
      C’est une femme et une mère qui prend cette décision (et une Ministre d’un état dont les caisses sont vides). Mais elle a un travail très bien payé, pas de souci pour trouve un mode de garde et elle pense que toutes les femmes sont comme elle, prêtes à privilégier leur carrière. Non, les femmes sont toutes différentes, certaines veulent élever elles-mêmes leurs enfants.

      Pour en savoir plus :
      la page officielle de la Ministre : http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2013/12/12/entretien-aux-echos-developper-lemploi-des-femmes-une-question-de-justice-de-performance/
      ce PDF : http://www.najat-vallaud-belkacem.com/wp-content/uploads/2014/01/Droits-des-femmes-Le-programme-dactions-2014.pdf
      ces articles qui prennent position :
      Liberté Politique.com : http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/L-Etat-programme-l-avenir-de-la-femme-en-penalisant-les-familles
      Les Echos : http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203185145727-najat-vallaud-belkacem-la-remise-a-plat-de-la-fiscalite-doit-favoriser-l-emploi-des-femmes-636481.php

  6. J’en ai appris plus sur ce projet de loi, grâce à toi, merci!
    Je ne suis pas maman, et je ne sais pas ce que je ferai à ce moment là, mais nous devons pouvoir rester maîtres de nos choix!
    De plus, pour beaucoup, faire ce choix nécessite de faire une croix sur des revenus convenables, donc une fois de plus on va assommer des gens qui ne roulent pas sur l’or..
    Mais qu’est ce qui ne tourne pas rond dans ce gouvernement???

    1. Ce qui ne tourne pas rond? Il croit que pour remplir les caisses il faut ponctionner le citoyen. Mais on ne peut plus payer, il va falloir s’attaquer aux véritables problèmes! Et il y a du boulot.
      Quand on ne laisse plus le choix aux personnes, quand on les force à faire ce qu’ils ne souhaitent pas, c’est une dictature, non?

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s