Bébé papillon·Etre mère·Personnellement moi-même je pense que je...

Quand l’amour guérit tous les maux

1995. J’ai 12 ans. Des douleurs dans le bas-ventre, on m’envoie faire une échographie. Un demi litre d’eau plus tard, on annonce à une petite fille qu’elle a des kystes aux ovaires, qu’il faudra surveiller mais que ce n’est pas grave. Ça peut partir tout seul. Ou pas.

2002. J’ai 19 ans. Un an que je vis à Angers. Il serait temps de me trouver une gynéco en plus de mon médecin traitant. Gynécologue clinicienne. Ça claque sur la porte. C’est parfait pour moi. Un questionnaire sur ma santé, mes antécédents familiaux, mes habitudes. Une auscultation, une échographie. Une sonde vaginale enfoncée sans prévenir. On annonce à une jeune femme qu’elle a des ovaires polykystiques, qu’il faudra surveiller mais que ce n’est pas grave. Ça peut partir tout seul. Ou pas. Ça peut empêcher d’avoir des enfants. Mais on n’en est pas là, vous avez le temps. Une prescription de pilule, un chèque, une carte vitale, une poignée de mains. On en reste là. Rendez-vous dans un an.

Chaque année, le même constat : ovaires polykystiques. Première cause d’infertilité féminine. Mais vous ne voulez pas d’enfant tout de suite? Non, alors c’est pas grave. On a bien le temps d’y penser. 

J’avance, je poursuis ma vie. Ex1 me quitte. Je rencontre Ex2. Vie pas très stable, pas question d’avoir des enfants. Je suis peut-être stérile? Tant pis. Mais si un jour je veux fonder une famille? On verra bien.

2008. J’ai 25 ans. Il faudrait penser à faire un bébé. Ah bon? Pourquoi? Et l’excuse toute trouvée : je peux pas, je suis stérile.

Et puis la phrase qui fait vaciller : Peut-être que si tu ne peux pas avoir d’enfant, il y a une raison. Peut-être que tu serais une mauvaise mère. Coup de poignard dans le cœur. Le début du questionnement. Je ne veux toujours pas d’enfant, mais…

Est-ce que si je ne peux pas en avoir, c’est parce que je ne dois pas en avoir? Parce que je ne serai pas une bonne mère? Parce que je suis une mauvaise personne? Parce que je suis avec la mauvaise personne? Parce que je ne veux pas d’enfant? Parce que je suis égoïste?

2008. Fin de mon ordonnance de pilule. Je change de gynéco. Une femme très gentille. Un questionnaire sur ma santé, mes antécédents familiaux, mes habitudes. Des ovaires polykystiques? Oui, ça risque d’être plus compliqué mais si vous voulez un jour un enfant, on fera tout pour que ça arrive. Un ton rassurant, un sourire.

2010. Je rencontre le Conquérant. Je l’aime. Je suis heureuse. Je sais qu’avec lui, je fonderai une famille. C’est évident. Je lui parle de mes ovaires polykystiques. Il s’en fiche. On verra bien. Il est là. Il m’aime.

2011. J’emménage à Rennes avec lui. Je suis en mauvaise santé. Grosse fatigue, migraine qui ne part pas, baisse de tension. Examens, prises de sang, spécialistes. Rien. On décide de stopper tous les médicaments, même la contraception orale. Mon médecin me donne le numéro d’une de ses collègues généraliste qui ne fait que de la gynécologie. Une femme très gentille. Un questionnaire sur ma santé, mes antécédents familiaux, mes habitudes. RDV pris pour la pose d’un DIU au cuivre. RDV pour une échographie. Le DIU est en place. Ovaires parfaits. Quoi? Quoi? Comment? Ovaires parfaits? Oui. Pas de kystes? Non, aucun. Stupeur. Ils ont disparu. Seuls. En quelques mois. Comment est-ce possible? Ça arrive. Mystère.

Été 2012. On fait un bébé? Le Conquérant se sent prêt et me surprend. Joie, bonheur, appréhension. Et si ça ne fonctionne pas? On verra bien.

Automne 2012. Mamoune est fatiguée. Elle en a marre de se battre contre son terroriste qui menace de tout faire sauter. Je lui confie notre projet. Larmes de joie. Envie de se battre.

Début novembre. RDV pris avec ma gynéco pour retirer le DIU. Laissez-vous six mois. Si ça ne fonctionne pas, vous reviendrez me voir. 

Un mois plus tard, envie de moutarde un dimanche après-midi. Test de grossesse. Négatif. Déception.

15 décembre 2012. Après des semaines à chercher une date, Mamoune est venue passer le weekend à Rennes. Test de grossesse. Positif. Annonce. Joie. Larmes. Envie de se battre contre le terroriste.

C’était il y a un an.

Février 2013. Après des mois de saignements, de peur de perdre ce précieux cadeau, échographie. Annonce officielle. Bonheur. Mamoune a terminé sa chimio. Elle va mieux. Espoir.

18 août 2013. Naissance de Bichette. Plus aucune trace du terroriste. De l’amour. Du bonheur.

Mon petit papillon

*

Là où la médecine était impuissante, l’amour a tout guéri.

*

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

77 réflexions au sujet de « Quand l’amour guérit tous les maux »

  1. J’ai bien connu les ovaires polykystites. On me l’a diagnostisqué à 14 ans et depuis plus de 5 ans je n’ai plus rien. Je suis arrivée à avoir pepette et le fait d’être enceinte m’a tout enlevé …. un miracle ! J’ai refait ts les examens (longs et chiants) y a 4 mois et tout nickel. Be happy !!!!!

  2. émouvant ton témoignage et un parcours^par certains côtés similaire au mien, avec le DISTILBENE et un jour aussi mais trop tard car entre deux obligation d’une ligature des trompes, on m’annonce que si, j’aurai pu avoir d’autres enfants et sans pbes car tout va mieux, mais bon tant pis ils seront pas 4 mais deux et c’est déjà super, mais une hysterectomie après car ben frottis pas bons, fibromes … ce distilbene n’en avait pas fini avec moi mais plus de risque de cancer de là en ôtant col et utérus ne reste plus que le risque de cancer du sein, bisous à mamoune aussi

    1. Il faudra aussi certainement que je fasse tout retirer, pour éviter un cancer. Mais je le ferai sans hésiter et sans regret. J’ai une magnifique petite fille, je veux la voir grandir et je ne veux pas qu’elle souffre et qu’elle s’inquiète pour sa maman.
      Bisous Fabymary.

  3. J’ai moi aussi des ovaires polykistiques et bb1 s’est annoncé un jour sans prévenir alors que je vivais le grand amour après un mariage raté. Bb2 par contre n’est venu qu’à grand coup de piqure dans le ventre et surveillance des ovaires mais il y a une chose que j’ai retenu ovaire polykistique ne va pas avec sterilité juste avec un peu plus compliqué

  4. Éblouissant ! Ca fait du bien à lire. Merci beaucoup de partager cette expérience. Cela encourage à placer de l’amour partout dans nos vies. Merci et belle semaine !

  5. Comme je tes réflexions…. Ovaires polykistique pour moi aussi… Et les même réflexions de mon entourage… Tu devrais consulter un psy… SI tu n’es pas réglée comme il se doit pour une femme de 30 ans c’est que tu as un problème avec la maternité ou avec ta mère d.apres la psy…. (La réponse habituelle du psy qui ne sait pas quoi te dire d’autre à mon avis ).
    L’étonnant c’est que comme toi j’ai rencontré depuis quelque temps celui qui veut être Papa de notre enfant… Et depuis lui, tout semble être rentré dans l’ordre du côté de mes ovaires comme quoi je suis convaincue que le problème c’est l’amour et la patience. Félicitations pour ta petite merveille.

  6. Merci pour ce témoignage ❤ J'ai appris le cancer de mon père y'a un mois. J'en suis au quatrième mois de ma grossesse, on se bat. Merci pour ce message d'espoir.

  7. Magnifique témoignage. Je vis la même chose que toi sauf que les kystes ne sont pas partis…J’ai 32 ans et je désespère d’avoir un bébé un jour. Je me suis longtemps posé la question: est-ce que je veux des enfants? Et puis un jour j’ai su que j’en voulais, mais je ne sais pas si je pourrais…J’espère que comme pour toi, l’amour guérira ce que la science et la médecine ne savent pas résoudre. Bravo pour ton parcours et la petit Bichette qui fait ton bonheur 🙂

    1. Merci Hélène. Je te le souhaite sincèrement. Si je n’avais pas pu fonder ma famille, j’aurais certainement adopté, j’avais tant d’amour à donner à des enfants.
      Il faut y croire et garder espoir.

  8. D’accord avec toi. Les mystères arrivent parfois quand il y a beaucoup d’amour et d’envie de vivre .. Bonne continuation .

  9. A 20 ans j’ai eu un kyste sur un ovaire, il est parti tout seul. Depuis, j’ai fait une seule échographie (je ne sais même plus dans quel cadre), il n’y avait plus rien. Pour les enfants, pour moi c’est loin loin loin !!! J’ai le temps ! Et on ne m’a jamais parlé de stérilité, et ta Pépette en est la preuve 😉

    1. Un kyste, ça arrive souvent et ça part, ça revient… Mes ovaires en étaient couverts. L’ovulation était rare, les cycles totalement aléatoires. D’où le risque de stérilité. Et puis tout est parti.
      Ii y a un temps pour tout, pour le moment, ce n’est pas le temps des enfants chez toi (et tes derniers billets sur ce sujet m’ont fait sourire).

  10. Très belle et vraie histoire, ça fait du bien de lire des bonnes nouvelles comme ça.
    C’est très bien raconté, j’en ai eu les larmes aux yeux.
    Je te souhaite beaucoup de bonheur avec cette petite famille que tu viens de fonder ♥
    Bises d’une autre rennaise 😉

  11. ben voilà, je pleure,
    eh oui, c’est que du bonheur tout ça, tu vois les médecins qui ont l’habitude de soigner les terroristes comme celui qui m’a touché, »ne m’a pas tué, » m’ont tous dit que je suis une miraculée, car peu de personnes touchée » par cet horrible CANCER », s’en sortent, j’ai du mal à réaliser parfois, mais mon corps a été mis à rude épreuve, je n’ai jamais baissé les bras, quelques doutes parfois tout de même!
    Je n’oublierai jamais le jour où tu m’as montré le résultat du test, comme quoi rien n’est définitif (et surtout ne pas en faire une règle générale..)
    Exemple du mien encore une fois:
    Lorsque j’étais ado, j’ai eu une période difficile, celle de l’anorexie, je t’assure que c’est une saloperie aussi à vaincre et à mon époque pas question d’être suivie par une psy, ça n’existait pas ou on avait un certain regard sur ce genre de médecine, je n’avais plus mes règles et ma mère m’emmena voir un gynéco, qui m’annonça là, froidement : vous n’aurez jamais d’enfants, votre corps a subi un choc et l’arrêt subit de vos règles peut vous rendre stérile..
    Eh bien j’ai eu 4 beaux enfants qui sont en très bonne santé…
    bon, avec ça j’aurai de quoi faire un livre….
    Juste un mot encore: Rien est acquit dans la vie, une bonne partie est en relation avec le mental!

    Bonne lecture à tous ceux qui me liront aujourd’hui…
    Gros bisous à bientôt…
    Mamoune

    1. Rien n’est acquis dans la vie et je crois qu’on a l’habitude de se battre, dans cette famille!
      Mais on a de la chance, l’amour a toujours été au cœur de nos vies.
      Plein de gros bisous Mamoune.

  12. c’est superbe de lire tout ça…mais quand même la phrase qu’on t’as dit pour « expliquer » pourquoi tu n’aurais peut etre jamais d’enfants…comment peut on dire ça???

    tout pleins de bisous à toute ta famille

    1. On peut dire ça quand on veut blesser, faire mal. Et ça fonctionne. On peut dire ça quand soi-même on ne va pas bien et qu’on reporte son mal être sur les autres…

  13. A croire que venir vivre à Rennes guérit les choses… Je dis car j’étais mal en point y a 8 ans, je suis revenue chez moi a Rennes, j’ai mis deux ans me requinquer. Et puis j’ai eu l’impensable une petite fille! A l’hopital sud tout le monde s’est battu on a réussi! Il est chouette ton message!

    1. Merci beaucoup.
      Rennes a été la ville de mon nouveau départ. Je crois que parfois il faut tout recommencer et cette ville a été un nouveau point de départ 🙂

  14. je pleure…et ce n’est pas QUE les hormones 🙂
    je suis vraiment contente pour toi, il n’y a pas que les contes de fée qui finissent bien!
    ps: tu parles de saignements, tu as eu un décollement en début de grossesse?
    BiZ

    1. Non, ce n’était pas un décollement, j’avais un col très fragile en fait. On appelle ça « cicatriciel » je crois. Rien de grave mais ça fait peur!

      Dans quelques jours ton miracle à toi sera là… Je t’envoie plein de baisers.

  15. Oh comme c’est beau…
    Pour ma part cela fait presque 2 ans que j’essaie d’être enceinte.
    Mais je tiens bon, et surtout ma Mouchette à moi elle n’est pas malade… Alors je profite. De la vie.

  16. C’est un magnifique article… Mais qui a osé balancé cette stupide phrase « Peut-être que si tu ne peux pas avoir d’enfant, il y a une raison. Peut-être que tu serais une mauvaise mère. »
    Les gens sont des cons !

    1. La personne qui m’a dit ça est très proche de moi. Mais elle allait mal à cette période. Aujourd’hui, elle ne le penserait plus. Parfois les mots sont une arme bien puissante pour blesser. Aujourd’hui je sais que c’est faux.

  17. Merci Kiara pour ce magnifique témoignage. J’ai aussi vécu ce genre d’histoire. Des kystes , des opérations, les trois quart d’un seul ovaire, un utérus didelphe ( utérus séparé par une paroi) « ne soyez pas enceinte,vous feriez une une fausse couche avant 6 mois…) et toc, enceinte! Je ne te dis pas l’angoisse au départ , le gynéco hostile à un avortement…nous avons persisté et j’ai eu un magnifique garçon de 3,9 kg à 8 mois de grossesse! Oui, l’amour aide, transforme, Il faut parfois oser et aller jusqu’au bout! Gros bisous à vous partager de Mireille du Sablon

    1. Un utérus didelphe : c’est la première fois que j’entends parler de ça!
      Il faut y croire. Si on ne croit pas, la vie n’a pas de sens. L’amour peut faire bien des miracles.
      Gros bisous Mireille.

  18. Très beau témoignage, eh oui l’Amour guérit bien des maux. C’est super en tout cas que cela se soit passé ainsi quand on voit Bichette ça veut bien dire que les médecins ne détiennent pas la vérité. Il y a d’agréables surprises dans la science.
    Et Mamoune je suis très contente pour toi, vous êtes une belle famille déjà les 3 que j’ai vues alors les autres………….
    Bisous bisous

  19. quel joli miracle! ce que j’ai pas compris c’est pourquoi la pose d’un DIU si jeune à 28 ans ? normalement on le pose plus tard quand on a deja eu des enfants ??? a oui je comprends en relisant c’était du à l’état de santé ! ah ben quel parcours alors 🙂

    1. En fait on peut poser un DIU à une jeune fille si elle en fait la demande. Il en existe des petits « short » pour les femmes n’ayant jamais eu d’enfant. Mais en France on ne le sait pas et pas assez de médecins le font, malheureusement.

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s