Bébé papillon

Le jour le plus long : mon accouchement

On a coutume de dire que la naissance de son enfant est « le plus beau jour de sa vie« . Pour moi, cela a été « le jour le plus long » avant de vivre le moment le plus magique de mon existence.

Le jour le plus long

J’ai eu l’idée (entre une tétée et un changement de couche) de vous raconter cette naissance en titres de films et en affiches.

Installez-vous confortablement dans vos fauteuils, la séance va commencer.

Épisode 1 – La grande inondation

La-Grande-inondation

Vendredi 17 août, après un bon petit dîner avec des amis, je vais me coucher. 0h30, j’éteins la lumière pour une bonne nuit bien méritée.

1h51 : je suis réveillée en sursaut par une grande douleur dans le bas du ventre suivie immédiatement par une vague de liquide chaud. Puis une autre. Et une troisième. Bébé vient de vider l’eau du bain. .

Namour saute du lit, court me chercher une serviette éponge, je m’habille, nous prenons les valises (que j’avais quand même préparées, deux jours plus tôt) et filons tranquillement à la maternité.

Épisode 2 – Camping

Camping

Vers 2h30, admise à la maternité, après un examen médical au cours duquel on me dit que mon col est bien fermé, on m’installe dans une salle d’accouchement et me fait un monitoring. Le cœur du bébé a un rythme parfait et moi… aucune contraction. Vers 4h, on m’accompagne donc dans une chambre pour passer ce qu’il reste de la nuit. Namour emprunte un lit de camp pour rester près de moi.

Épisode 3 – Un jour sans fin

Un jour sans fin

Samedi matin, pour le petit déjeuner, on me fait un nouveau monitoring. Rien de neuf. Bébé n’a pas envie de sortir tout de suite.

Dans la journée, j’ai quelques contractions mais rien de régulier.

Épisode 4 – L’espoir

malraux espoirLa nuit tombe, nous nous demandons si Namour ne ferait pas mieux de rentrer dormir à la maison, où il sera mieux que sur le lit de camp.

Et soudain, les contractions se font plus régulières. Une toutes les cinq minutes pendant une heure. On me descend en salle d’accouchement et me pose les sondes pour le monitoring. Le cœur de bébé bat bien, mes contractions sont régulières.

Épisode 5 – Nuit blanche

Nuit blanche

Mais ça ne dure pas. La sage-femme vient régulièrement vérifier si le travail ne se met pas en route. J’entends les femmes arriver, pousser, crier, les bébés naître, pleurer. Et moi je suis toujours là, mon bébé tranquillement endormi dans son cocon.

La nuit est bien avancée quand Namour s’endort sur la banquette. Bercée par le rythme régulier du cœur du bébé, je le rejoins au pays de Morphée pour quelques heures de sommeil, les premières depuis 24h.

Dimanche matin, on me renvoie dans ma chambre pour le petit déjeuner.

Épisode 6 – Un nouvel espoir

Star Wars Episode IV Un Nouvel Espoir

La sage-femme me pose un tampon d’hormones pour déclencher la naissance du petit papillon et nous place, le bébé et moi, sous la surveillance du monitoring.

La matinée passe, entre balades et examens.

En fin de matinée, une vague de liquide amniotique emporte le tampon sur son passage. On m’en replace un après le déjeuner et on surveille.

Je suis censée me reposer et essayer de dormir. Pas facile. Nous décidons de nous promener pour faire bouger les choses. Je commence à connaître les moindres recoins de la maternité.

Enfin, en milieu d’après-midi, je commence à avoir des contractions. De plus en plus fortes, de plus en plus fréquentes. On me descend en salle d’accouchement. Mon col est ouvert à deux. L’attente des contractions plus efficaces commence, toujours sous surveillance avec un monitoring.

Épisode 7 – Silence, ça pousse

I-Grande-5177-silence-ca-pousse-pas-de-panique.net

Peu à peu, la douleur s’intensifie. Les contractions naissent dans le bas du ventre et remontent jusque dans le dos. La pyélonéphrite à côté, c’était un petit bobo! rien ne me soulage.

Pour que mon col s’ouvre et que le travail soit efficace, la sage-femme nous conseille d’aller marcher un peu. Je fais trois mètres et m’arrête, pétrifiée par la douleur. Demi-tour. La sage-femme vient m’ausculter, mon col est ouvert à 5.

La douleur est de plus en plus insupportable. Le ballon ne me soulage pas, seule la position allongée sur le côté me permet de souffler un peu. La sage-femme nous propose de mettre de la musique. Namour va chercher le CD de David Bowie que j’écoutais pendant ma grossesse. A chaque contraction, je me concentre sur la chanson qui passe.

Ne tenant plus, j’appelle la sage-femme. Elle me dit qu’elle repassera une heure après. Mais à peine une demi-heure plus tard, je l’appelle de nouveau, sentant un besoin de pousser. Étonnée, elle constate que le travail a bien avancé et que c’est LE moment. Tout s’accélère.

Épisode 8 – Le vertige d’une rencontre

affiche-vertige-d-une-rencontre

Je commence à pousser dans la position allongée sur le côté. Mais ce n’est pas du tout confortable. Nous optons alors pour la position semi-assise. Namour m’aide, sa main me servant d’appui sur lequel pousser avec le pied. Les contractions dans le dos cessent ou alors je ne les sens plus, mon corps est comme anesthésié au fur et à mesure que le bébé avance.

A peine une heure après, une petite tête sort de son cocon. Puis un corps. On le pose sur moi, c’est mon petit papillon.

Je m’exclame : « Oh, ce n’était pas si difficile que ça! » Cela fait rire la sage-femme qui ajoute : « Hé bien, ça a été rapide pour un premier accouchement! Si vous faites un deuxième un jour, il ne faudra pas perdre de temps! »

Ma fille cherche mon sein, je l’aide à le trouver. Elle est bleue. Avec son petit bonnet blanc, elle ressemble à la Schtroumpfette. On me rassure en me disant qu’elle n’a pas eu le cordon autour du cou, que cela vient sans doute des glaires bloquées dans sa gorge, qu’elle a crachées sur moi quand on l’y a posée.

Et puis pendant que la sage-femme me fait trois petits points de suture, Namour accompagne notre fille pour son premier examen médical.

Je réalise peu à peu que je suis maman et que ce petit papillon est sorti de son cocon pour se poser dans nos vies.

*

Dire que mon accouchement s’est bien passé est un peu faible : il  dépassé toutes mes espérances. Bien sûr, je n’avais pas pensé qu’il se passerait 41h entre la rupture de la poche des eaux et la sortie du bébé. Bien sûr, j’ai souffert, davantage lors du déclenchement des contractions que lors de l’accouchement en lui-même. Mais je n’ai pas eu de péridurale (quand la sage-femme me l’a proposée, je n’étais pas prête et ensuite, tout a été si vite que c’était trop tard!), comme je le souhaitais ; j’ai eu une toute petite déchirure superficielle, une sage-femme à mon écoute, un Namour présent et attentionné.

Ce fut « le jour le plus long » de ma vie, mais surtout une rencontre vertigineuse avec ma fille.

J’espère que la séance vous a plu, nous nous quittons avec la bande originale du film de la naissance du petit papillon (cliquez sur les titres pour les écouter) :

Jean Genie

Space Oddity

Starman

The man who sold the world

Life on mars

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

32 réflexions au sujet de « Le jour le plus long : mon accouchement »

  1. J’ai une larmichette à l’oeil ! Bienvenue à toi joli papillon
    « ce petit papillon est sorti de son cocon pour se poser dans nos vies » cette phrase est tellement belle et si vraie
    Merci pour ce moment d’émotion que tous les parents connaissent

  2. Récit très émouvant Kiara. 41 heures d’impatience au final pour une rencontre inoubliable avec ta petite fille… Ma meilleure amie qui elle aussi a eu une petite fille il y a 5 mois, a eu un accouchement très long elle aussi et m’a dit : « tu sais on dit qu’une fois que son bébé naît, on oublie tout, la douleur etc… Et benh c’est pas une légende!  » Est-ce que tu as ce ressenti toi aussi?

  3. Très beau texte et de très beaux souvenirs. Malheureusement aussi très loin de ce que j’ai vécu la veille de toi

  4. Quelle aventure ! Mais même si ça a été long, au moins le vrai travail n’a pas été trop long et la douleur donc moins intense. Et avec tout ça tu auras eu le temps de savourer l’arriver de petit papillon 😉
    Félicitations encore une fois et profite bien de ton petit bout de chou.

  5. En effet, lorsque ton petit papillon s’est décidée, on ne pouvait plus l’arrêter !
    Un joli moment inoubliable que tu n’es pas prête d’oublier 🙂

  6. Trop trop beau ce récit!!! Ça donne envie hein!!! En plus de voir que tu n’as pas  »autant » souffert que ça lors de l’accouchement mais pour les contractions!

    En tout cas, ces 9 mois sont passés bien vite 🙂

    Encore une fois félicitations aux parents!!!

    Xoxo
    Anne-C

  7. Un tres beau recit et je suis sure que chacune d’entre nous qui sommes maman avons revecu chaque moment de ce magnifique jour en te lisant.
    Deja mes 25 heures de travail je les ai senti passer, alors 41h je n’ose imaginer!
    Tout plein de bonheur a vous 3.

  8. Une première naissance laisse d’innolbrables et émouvants souvenirs, que ça se passe bien ou l’inverse. Dès lors que l’on a le bébé sur soi, on oublie tout et c’est ce que j’ai ressenti.
    @nnie ;- )

  9. Des jours qui comptent double ! Très belle évocation de ce moment inoubliable 🙂 Encore toutes mes félicitations aux heureux parents et bienvenue au « petit papillon  » ! Bisous

  10. hé bien ça a duré et ça s’est bien passé quelle aventure, moi les deux on a du déclencher je paniquais et en fait al chance de ne rien sentir surement habituée aux contractions que j’ai eu toute la grossesse, pour CELINE ils ont mis la perf de déclenchement à 8h15 et à 9h45 elle était là et pour JOEL ça a duré toute la journée car ils ont déclenché alors que rien n’était en cours juste car le 14 juillet arrivait et un changement de lune et que j’avais une angine et donc ils m’avaient bloquée chez eux et pas mal non plus sauf en poussant pour la tête, bisous je pars en vacances à en octobre

  11. j’ai adoré ta façon de raconter toutes ces heures!! drôle et touchant!! une fois encore, bienvenue à votre petite papillonne et félicitations à vous deux! 🙂

  12. Oh ! En te lisant, je réalise qu’on a accouché le même jour ! 😮 J’ai passé un peu moins longtemps que toi en travail mais ça a été pas mal long aussi. Félicitations, et bon courage (2 en couches, coliques de la pitchoune et dents du grand, je sais de quoi je parle :p)

  13. J’aime beaucoup ton récit et en effet finalement ça a été vite si on ne compte pas le temps entre « b »b » a vidé l’eau de la baignoire » et sa sortie triomphale 😉 alors oui crois moi pour BB2 il ne faudra pas tarder si tu ne veux pas accoucher chez toi et je sais de quoi je parle 😉

  14. Merci pour cette belle histoire vécue, tu as choisi les films qui résument cette aventure exceptionnelle . La mienne s’est appelée « Tout dans le brouillard »…mais quel résultat!
    Bienvenue à cette charmante petite princesse – papillon, je lui souhaite « tout le bonheur du monde « !
    Gros bisous à vous partager de Mireille du Sablon.
    Merci tout plein….je pense à vous…..

  15. un papillon qui nait sous la voix de David Bowie ne peut être qu’un être merveilleux…bravo à la princesse papillon pour son arrivée, et profitez bien de tous ces beux moments !!!

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s