Spectacle

Le Festival Beauregard en quelques clichés #2

Après un vendredi « Miossec » (mi-au-sec. Merci au Conquérant pour le jeu de mots), le samedi s’annonçait pluvieux. J’ai donc sorti mes belles bottes pour me rendre à la deuxième journée du festival.

Beauregard 09 Bottes

Comme le vendredi, nous avons été accueillis par des hommes et femmes en noir :

Beauregard 10 John

Le temps d’enfiler le manteau de pluie et de partir, de garer la voiture et de parcourir les 20 minutes de marche qui séparaient le parking du Festival, nous avons malheureusement raté Léa Solex dont nous n’avons entendu que quelques notes en arrivant.

Nous nous sommes dirigés vers la scène B pour écouter Other Lives. Un groupe à découvrir si vous ne le connaissez pas encore.

Beauregard 11 Other Lives

Cinq musiciens, mais bien plus que cinq instruments : trompette, violon, claviers, piano, synthétiseurs, guitares, basse, orgues, vibraphones, xylophone, cuivres, violoncelle, et même cloches et bois de cerfs à clochettes! C’était magique. Comme un grand moment de paix.

Et quand le groupe a entonné «The Partisan» de Leonard Cohen, tout le public a été saisi d’émotion.

Après cette claque musicale, nous sommes partis à la recherche d’amis, sous la voix de Dominique A qui se produisait sur la scène A.

Puis à partir de 18h25, un vent de folie a soufflé sur la scène B : Izia entrait en scène. Un petit bout de femme, très légèrement vêtu (blouson cuir clouté, short moulant et bottes à talons très hauts), à l’énergie folle!

Beauregard 12 Izia

C’est beaucoup plus rock et moins classe que le groupe qui l’a précédé mais ça envoie! Izia est très présente sur scène, tant physiquement que vocalement. Et quand elle ne chante pas, elle parle au public…  Elle annonce sa prochaine chanson, « une vieille connaissance, cette bonne vieille salope de Lola » puis demande aux spectateurs, sur qui la pluie commence à tomber, de ranger les parapluies et de « s’humecter » le visage avec cette eau tombée du ciel.

Vous voyez le truc orange au milieu de la photo? C’est un ballon gonflé à l’hélium. On l’a sur toutes nos photos, sur toutes nos vidéos! Mais on n’a pas été les seuls à s’en plaindre : Izia a trouvé que ça suffisait, qu’on n’était pas « à la kermesse »!

Elle est très féline, très séductrice, dans ses gestes, ses attitudes… Un jeune homme lui crie « A poil ». Elle ne le laisse pas s’en tirer et répond au « jeune homme imberbe à la sexualité inexistante ».

Puis la bête de scène continue à faire danser le public sous les averses. Malheureusement, elle ne s’en tient pas au chant et parle… cette fois-ci de l’argent de la tournée de Jean-Louis Aubert qui lui permet d’avoir des choristes. Mais finalement, elle trouve qu’on est bien mieux seuls, sans ces « connasses de choristes »!

A retenir, la conclusion d’un de nos amis : « Izia, c’est mieux quand elle parle pas! »

Les Anglais de Kaiser Chiefs ont mis le feu à la scène A devant un public très présent.

???????

Malgré les averses qui se font de plus en plus fréquentes, les spectateurs restent en nombre écouter et danser avec un groupe très à l’aise. Une super ambiance, un grand moment qui s’est terminé sous une pluie battante!

Puis le groupe Tindersticks n’a pas eu de chance. Vraiment pas. A peine avaient-ils commencé à jouer que le ciel leur est tombé sur la tête. Pas une averse, un véritable déluge!

Nous sommes allés nous abriter mais l’eau s’était déjà infiltrée partout : jean trempé, manteau de pluie humide… Nous avons filé à la voiture chercher les parapluies (que nous avions laissé dans le coffre, pensant que nos tenues résisteraient aux averses) et nous sécher.

Trois quart d’heure de marche (aller et retour) nous ont fait rater la fin du concert de Tindersticks et le début de celui de Jean-Louis Aubert (qui n’avait pas de choristes!).

???????

Le conquérant et moi avons raté la première partie, celle où il interprétait quelques titres de sa carrière solo. Mais nous sommes arrivés juste à temps pour entendre les morceaux de Téléphone : d’abord « Argent trop cher », puis « Quelque chose en toi ne tourne pas rond ».

La foule est en délire, les spectateurs sautent partout, on danse sur le terrain boueux, on chante, on reprend les refrains en chœur. Jean-Louis Aubert a encore la patate ! Il fait durer le plaisir en y ajoutant des sons venus d’ailleurs… quelques notes de Led Zeppelin et de Rolling Stones. Il a de l’énergie le papi! 😉

Après son tube « Marcelle », il ne peut pas partir comme ça et se permet de prendre quelques minutes pour faire un cadeau à son public, quitte à mettre Sébastien Tellier en retard.

Petit dîner les pieds dans la boue en écoutant le trio qui jouait sur la scène B : un Sébastien Tellier accompagné de deux musiciens qui ont fait le bonheur d’un public bien planqué sous les parapluies.

La pluie ayant noyé le terrain, nous avons décidé de rester sur le seul endroit encore praticable : le chemin goudronné! Avec un fauteuil roulant, évoluer dans dix centimètres de gadoue était trop risqué. Nous avons donc écouté le concert à bonne distance, regardant les festivaliers glisser et tomber dans la boue devant nous. Vidéo gag en direct!

Beth Ditto, robe noire argentée (croyez-moi sur parole) entre en scène à 23h50.

???????

Oui, oui, c’est bien Gossip!

Nous avons écouté le groupe Gossip de loin. Mais la puissante voix de la chanteuse nous parvient très bien. Des chansons de leur premier album, des morceaux plus récents, des reprises, « Lady Marmelade », « Smell like teen spirit », des extraits a cappella, quelques motsen français : « super concert de Sébastien Tellier », « Merci Normandie ». Un grand show.

     Une dizaine de minutes avant la fin du spectacle donné par le trio de Gossip, des jeunes pris d’une folie soudaine ont couru (dans la boue), ont glissé et sont parfois tombés (dans la gadoue) pour rejoindre au plus vite la scène B où allait se produire le rappeur normand Orelsan.

     Quant à nous, épuisés par la pluie, tout humides, nous avons succombés à l’appel de la chaleur de la voiture et nous avons quitté le festival après deux chansons, vers 1h.

     Nous avons mis les bottes et les vêtements à sécher, espérant que le dimanche serait plus clément…

     A demain pour la suite et fin du festival!

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Festival Beauregard en quelques clichés #2 »

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s