La laïcité à l’école, une loi acquise?

Dans moins de deux semaines, la loi sur la laïcité à l’école aura 8 ans. Depuis la rentrée de septembre 2004, la loi du 15 mars 2004 est appliquée. Vous pouvez retrouver le texte de loi sur le site Legifrance.

 Legifrance-Le-service-public-de-l-acces-au-droit

     Pour les Vendredis intellos, j‘ai décidé d’expliquer ce texte souvent méconnu.

 

Dans un établissement scolaire, au nom du principe da laïcité, le port de tenues ou de signes manifestant « ostensiblement une appartenance religieuse est interdit”(Premier alinéa de l’article L141-5-1 du Code de l’éducation.)

 

Cependant, la loi n’interdit pas l’étude des religions à l’école.

 

Cette année, en plus du français et du latin, j’enseigne aussi l’Education civique en sixième. En début d’année, nous avons travaillé sur la principe de laïcité, en nous appuyant sur le texte de G. Wartelot (Délégué Flash, SCEREN/CRDP de l’académie de Grenoble, 2006), d’où est tirée cette phrase « Les religions et les faits religieux seront un moment rencontrés, dans les cours d’histoire, de français, mais sous l’angle de la connaissance du monde et de la culture. »

 

En effet, en français, en sixième, par exemple, on étudie les textes fondateurs de notre culture gréco-latine et judéo-chrétienne et la Bible en fait partie. En cinquième, en histoire, le programme prévoit l’étude de la naissance de l’islam : la conquête, les premiers empires, les récits de la tradition islamique, l’extension, la diversité culturelle et religieuse de l’islam.

 

Depuis que je suis prof de français, j’ai travaillé dans des établissements scolaires publics et privés. Dans les deux, j’ai pu constater que la loi sur la laïcité n’est pas acquise. Ni pour les élèves, ni pour leurs parents.

 

Première année d’enseignement. Je fais un remplacement en collège public. J’ai une classe de sixièmes. Je travaille sur les textes fondateurs et décide d’étudier les récits de la création de l’homme, tirés de notre culture gréco-latine et judéo-chrétienne. Des parents se sont plaints au principal  : il était inadmissible que dans un établissement laïc, on fasse lire à des élèves des extraits de la Bible (par contre, les dieux grecs et latins juste avant, ça n’avait gêné personne). Programmes scolaires à l’appui, j’ai pu continuer ma séquence. Les parents sont revenus à la charge quand j’ai mis en parallèle un texte biblique et un extrait du Coran.

 

Deuxième année d’enseignement. J’ai un poste à l’année dans un collège privé catholique. Lors de la séquence sur les textes fondateurs, je décide de travailler sur les récits de la Création. Un élève musulman a refusé de lire le texte issu de la Bible, parce que c’est « contraire à [sa] religion ». Un de mes élèves, catholique pratiquant, s’est plaint à ses parents que j’étudiais la Bible comme un mythe et non comme un texte sacré.

 

Cette année, j’ai contourné le problème, en ne travaillant que sur des textes gréco-latins (Ovide, Homère, Virgile). J’en ai assez de devoir justifier mes choix, programmes scolaires à l’appui. La Bible est un texte fondateur de notre culture, au même titre que l’Odyssée ou l’Enéide. Je ne demande pas aux élèves de croire en quoi que ce soit, ni en Zeus ni en Dieu, ni en Jupiter ni en Allah. Je veux juste qu’ils aient une culture commune.

 

La loi sur la laïcité à l’école va avoir huit ans. Mais le principe de laïcité, pour certains, n’est pas encore acquis. Pourtant, je pense qu’il est nécessaire pour qu’on puisse travailler ensemble.

 

     Et vous, qu’en pensez-vous?

Publicités

1 commentaire

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s