Lettre d’un père à son fils – Pantagruel à Gargantua

Francois Rabelais

Dans le roman de Rabelais Pantagruel, le géant Pantagruel, fils de Gargantua, le roi d’Utopie, doit faire ses études. Il parcourt d’abord la France des Universités, puis s’installe à Paris pour devenir l’élève d’Épistémon. Son père, Gargantua, lui écrit alors une lettre d’encouragement. 

 

 

Très cher fils,

 

 

[…]

bien que feu mon regretté père Grandgousier eût déployé tous ses efforts pour que je progresse en perfection et savoir politique, et que mon labeur et mon étude correspondissent bien à son désir et même l’aient dépassé, l’époque toutefois, comme tu peux bien le comprendre, n’était pas aussi opportune ni commode pour étudier les lettres qu’elle l’est à présent, et il n’existait alors aucun précepteur qui puisse ressembler à ceux que tu as eus. Les temps étaient encore ténébreux, ils sentaient l’infélicité et la calamité des Goths, qui avaient ruiné toute bonne littérature. Mais, grâce à la bonté divine, la lumière et la dignité ont été à mon époque rendues aux lettres, et j’y vois de tels progrès qu’il me serait aujourd’hui difficile d’être reçu dans la première classe des petits écoliers, moi qui, dans mon âge mûr, étais réputé (non à tort) comme le plus savant du siècle. […]

 

    Maintenant toutes les disciplines sont restaurées, les langues mises à l’honneur : le grec, sans lequel il est honteux qu’on se dise savant, l’hébreu, le chaldéen, le latin. Des livres imprimés, fort élégants et corrects, sont utilisés partout, qui ont été inventés à mon époque par inspiration divine, comme inversement l’artillerie l’a été par suggestion du diable. Le monde entier est plein de gens savants, de précepteurs très doctes, de bibliothèques très vastes, au point qu’à l’époque de Platon, de Cicéron ou de Papinien, il n’y avait, à mon avis, autant de commodité d’étude qu’il s’en rencontre aujourd’hui; et il ne faudra plus dorénavant trouver en lieu et compagnie qui ne sera bien poli dans l’atelier de Minerve. Je vois les brigands, les bourreaux, les aventuriers, les palefreniers d’aujourd’hui plus savants que les docteurs et les prêcheurs de mon temps. Que dirai-je ? Les femmes et les filles elles-mêmes ont aspiré à cette gloire, à cette manne céleste du beau savoir. Tant et si bien qu’à mon âge, j’ai été contraint d’apprendre le grec, que je n’avais pas méprisé comme Caton, mais que je n’avais pas eu le loisir d’apprendre en ma jeunesse, et je me délecte volontiers à la lecture des Œuvres morales de Plutarque, des beaux Dialogues de Platon, des Monuments de Pausanias et des Antiquités d’Athénée, attendant l’heure qu’il plaira à Dieu mon créateur de m’appeler et de m’ordonner de quitter cette terre.

 

    Gustave Doré. L’Éducation de GargantuaPour cette raison, mon fils, je te conjure d’employer ta jeunesse à bien profiter en étude et en vertu. Tu es à Paris, tu as ton précepteur Epistémon : l’un, par de vivantes leçons, l’autre par de louables exemples, peuvent bien t’éduquer. J’entends et veux que tu apprennes parfaitement les langues, d’abord le grec, comme le veut Quintilien, puis le latin et l’hébreu pour l’Écriture sainte, le chaldéen et l’arabe pour la même raison ; pour le grec, forme ton style en imitant Platon, et Cicéron pour le latin. Qu’il n’y ait aucun fait historique que tu n’aies en mémoire, ce à quoi t’aidera la cosmographie établie par ceux qui ont traité le sujet. Des arts libéraux, la géométrie, l’arithmétique et la musique, je t’ai donné le goût quand tu étais encore petit, à cinq ou six ans : continue et deviens savant dans tous les domaines de l’astronomie, mais laisse-moi de côté l’astrologie divinatrice et l’art de Lulle qui ne sont que tromperies et futilités. Du droit civil, je veux que tu saches par cœur tous les beaux textes, et me les commentes avec sagesse. Quant à la connaissance de la nature, je veux que tu t’y appliques avec soin : qu’il n’y ait mer, rivière ou source dont tu ne connaisses les poissons ; tous les oiseaux de l’air, tous les arbres, arbustes et buissons des forêts, toutes les herbes de la terre, tous les métaux cachés au ventre des abîmes, les pierreries de tout l’Orient et du Midi. Que rien ne te soit inconnu.

 

   Puis relis soigneusement les livres des médecins grecs, arabes et latins, sans mépriser les talmudistes et cabalistes, et, par de fréquentes dissections, acquiers une parfaite connaissance de cet autre monde qu’est l’homme. Et quelques heures par jour, commence à lire l’Écriture sainte, d’abord en grec le Nouveau Testament et les Épîtres des Apôtres, puis en hébreu l’Ancien Testament. En somme, que je voie en toi un abîme de science : car maintenant que tu es un homme et te fais grand, il te faudra sortir de la tranquillité et du repos de l’étude et apprendre la chevalerie et les armes pour défendre ma maison et secourir nos amis dans toutes leurs affaires contre les assauts des malfaisants. Et je veux que rapidement tu mettes tes progrès en application, ce que tu ne pourras mieux faire qu’en soutenant des discussions publiques sur tous les sujets, envers et contre tous, et en fréquentant les gens lettrés, tant à Paris qu’ailleurs.

 

   Mais parce que, selon le sage Salomon, la sagesse n’entre jamais dans une âme méchante, et que science sans conscience n’est que ruine de l’âme, il te faut servir, aimer et craindre Dieu, et en Lui mettre toutes tes pensées et tout ton espoir, et, par une foi faite de charité, t’unir à Lui de manière à n’en être jamais séparé par le péché. Prends garde aux tromperies du monde, ne t’adonne pas à des choses vaines, car cette vie est passagère, mais la parole de Dieu demeure éternellement. Sois serviable envers ton prochain, et aime-le comme toi-même. Respecte tes précepteurs, fuis la compagnie des gens à qui tu ne veux pas ressembler, et ne gaspille pas les grâces que Dieu t’a données. Et quand tu t’apercevras que tu disposes de tout le savoir que tu peux acquérir là-bas, reviens vers moi, afin que je te voie et te donne ma bénédiction avant de mourir. Mon fils, que la paix et la grâce de notre Seigneur soient avec toi. Amen.

 

D’Utopie, le dix-sept mars,

ton père, Gargantua.

Rabelais, Pantagruel, 1532

 

Publicités

N'hésitez pas à donner votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s