Cette nuit, dans mon sommeil, j’ai rencontré ma fille. Ses yeux bruns me fixaient, son visage de bébé était immobile. Elle était si belle, si délicate, si fragile.

           

Cette nuit, j’ai rencontré ma fille. Je n’ai pas été déçue : elle était encore plus belle que je ne l’avais imaginée. Le portrait de son père !

            Elle a son regard chocolat, dans lequel on se noie ; les mêmes cils bruns, drus et raides, qui forment une ligne droite, tombant sur l’œil droit ; ses sourcils épais en accent circonflexe.

            Même son petit nez écrasé, au-dessus d’une bouche rose et pulpeuse, est un héritage paternel. Sa peau métissée, de la même teinte café au lait, est à croquer. Ses épais cheveux en broussaille, faits du même ébène… c’est la fille de son père.

           

            Cette nuit, ma fille est venue se présenter, dans une vision fugitive. A travers son regard chaud, elle semblait me dire : « Dans quelques années, je serai là ».

 

              Je me suis réveillée, elle avait disparu. Mais son doux visage de bébé est resté gravé dans ma mémoire toute la journée. Un jour, elle sera là, dans mes bras, ma petite métisse chocolat…

Publicités